Accéder au contenu principal
Cyclisme

Tropicale Amissa Bongo: Fumiyuki Beppu, champion japonais en terre gabonaise

Fumiyuki Beppu, coureur japonais de la formation Nippo Delko Provence.
Fumiyuki Beppu, coureur japonais de la formation Nippo Delko Provence. Photo: Gautier Demouveaux / Tropicale Amissa Bongo

Fumiyuki Beppu est un des rares coureurs japonais à s’être exporté dans les années 2000. Arrivé en France à 18 ans, il a vécu pendant presque quinze ans une carrière professionnelle au plus haut niveau. Le voilà qui découvre désormais les routes du Gabon sous les couleurs du maillot Nippon Delko Provence.

Publicité

De notre envoyé spécial à Oyem,

Il fut un temps pas si lointoin où les coureurs japonais n’avaient pas accès au professionnalisme, tout comme les Africains, admis désormais dans le peloton mondial. Comme l’Erythréen Natnael Berhane, Fumiyuki Beppu avait à l'époque brisé le plafond de verre pour entrer dans la cour des grands. Et il en est « fier », selon Takehiro Mizutani, directeur sportif actuel de la formation Nippon Delko Provence. Dans le sud de la France, Beppu a rejoint en début de saison trois de ses compatriotes, Masahiro Ishigame, Hideto Nakane et Atsushi Oka.

Une idée fixe

« J’ai commencé le vélo à l’âge de 9 ans par le VTT, raconte Fumiyuki Beppu au sourire indélébile. A l’époque, ce n’était pas très populaire, c’était un petit phénomène de mode. Ensuite, j’ai choisi la route vers 13 ans en me disant que c’était mieux pour mon avenir de cycliste. » L’idée de faire carrière lui trotte déjà dans la tête alors que le cyclisme sur route est une pratique confidentielle au Japon.

Mais comment faire, puisque pratiquement aucun cycliste japonais ne quitte son pays pour l'Europe dans l’espoir de vivre de sa passion. Son frère, déjà installé sur le Vieux continent le prévient d'ailleurs : « Il n’y a aura aucune place pour toi ». Têtu, Beppu tente sa chance.

En 2002, à 18 ans, le voilà qui débarque à Marseille pour intégrer les rangs amateurs du VC La Pomme Marseille. Durant trois années, il enchaîne les bons résultats mais commence à désespérer. « Je voyais mes camarades passer professionnel et pour moi, le téléphone ne sonnait pas. On m’expliquait que personne ne voulait prendre un coureur japonais car il y en avait pas encore au plus haut niveau. » A tel point qu’il envisage de rentrer au pays, royaume du cyclisme sur piste et du Keirin, une religion au pays du Soleil Levant. « Je pensais que ma chance était passée ! », avoue dans la langue de Molière le champion d’Asie sur route.

Fumiyuki Beppu lors de l'étape entre Bitam et Oyem, le 21 janvier 2020.
Fumiyuki Beppu lors de l'étape entre Bitam et Oyem, le 21 janvier 2020. Photo: Gautier Demouveaux / Tropicale Amissa Bongo

La chance américaine

À sa grande surprise, c’est un coup de fil du directeur sportif Johan Bruyneel qui lui met le pied à l’étrier. En 2005, il intègre l’équipe américaine Discovery Channel de Lance Armstrong. Fumiyuki Beppu n’en croit pas ses yeux ! « Nous sommes une équipe internationale et j’ai besoin toi », explique Bruyneel au coureur nippon, qui se retrouve propulsé en Pro-Tour, la première division mondiale. « J’étais en train de vivre mon rêve américain », dit-il en riant.

Depuis 2005, Fumiyuki Beppu sillonne les routes du monde, loin de son Japon natal, pour assouvir une passion d’enfance qui devrait trouver son épilogue à la maison, lors des JO de Tokyo, l’été prochain.

En attendant, Fumiyuki Beppu, bientôt 37 ans, a traversé pour la première fois de sa vie cette forêt tropicale luxuriante du Gabon. Il découvre même un nouveau continent. « C’est magnifique, ça restera un grand souvenir. » Pourtant, le coureur japonais en a vu d’autres.

Le Tour de France 2009 en mémoire

Son plus beau souvenir reste le Tour de France 2009 qu’il court avec l’équipe Skill-Shimano. Avec son compatriote Yukiya Arashiro (à l'époque chez Europcar), les deux « intrus » restent les premiers coureurs japonais à avoir terminé la Grande Boucle. « J’ai été désigné coureur le plus combatif lors de la dernière étape sur les Champs-Elysées », s’enthousiasme nez en l’air celui qui voulait à tout prix rallier Paris. « C’était mon premier grand Tour et je me rappelle m’être dit que ce serait long. Le dernier jour, j’étais si surpris d’être déjà à Paris. » La chaîne de télévision NHK avait largement relayé la performance. Beppu a ensuite goûté aux joies du Tour d’Italie à quatre reprises et participé à une Vuelta.

Le double champion national sur route et trois fois sur le contre-la-montre, marié à une Française, reste l'une des têtes d'affiche du cyclisme japonais. Il a passé six années chez Trek-Segafredo, notamment comme coéquipier du Luxembourgeois Andy Schleck. Après avoir parfait sa condition sur les routes du Gabon, Fumiyuki Beppu est impatient de retrouver « l’enfer du Nord » en avril prochain. Ce Japonais voue en effet, depuis son enfance, un véritable culte au Paris-Roubaix. Drôle de personnage.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.