Accéder au contenu principal
Nécrologie

Sports: Mort de Jean-Claude Ganga, père fondateur des Jeux Africains

La flamme des Jeux africains 2015, à Brazzaville.
La flamme des Jeux africains 2015, à Brazzaville. AFP PHOTO/MONIRUL BHUIYAN

Jean-Claude Ganga , ancien ministre des Sports du Congo-Brazzaville et président du comité olympique africain (ACNOA), est décédé ce 28 mars 2020 à l’âge de 86 ans. Le Congolais avait été le grand artisan de la création des Jeux Africains, dont la première édition s’est tenue en 1965 dans son pays.

Publicité

C’est une figure du sport africain qui a disparu, ce 28 mars 2020. Jean-Claude Ganga, 86 ans, a rendu son dernier souffle près de Brazzaville, la ville qui l’a vu naître et à laquelle il avait offert la première édition des Jeux Africains.

Père fondateur du sport africain

Après des études écourtées, le Congolais se tourne vers l’enseignement; Il doit  aider ses parents à financer les soins d'un frère malade. Peu après l’indépendance de son pays, Jean-Claude Ganga devient le premier inspecteur de la jeunesse et des sports du Congo. Avec son ami Boniface Massengo, ancienne star du football brazzavillois, il plaide ardemment pour la création de Jeux olympiques pour toute l’Afrique, dans la lignée des Jeux de l’Amitié organisés sous l’égide de la France. Ganga prend alors son bâton de pèlerin et voyage à travers tout le continent pour convaincre les gouvernements de créer des comités nationaux olympiques affiliés au CIO.

En 1965, le rêve de Jean-Claude Ganga se réalise : sa terre natale accueille les premiers Jeux Africains. Dans la foulée, il contribue en 1966 à la création du Conseil Supérieur du Sport en Afrique (CSSA), une agence satellite de l’Organisation de l’unité africaine (l’ancêtre de l’Union africaine). Un CSSA qu’il va administrer jusqu’à 1979 et à une polémique sur sa gestion.

Chantre de la lutte contre l’Apartheid

Entre-temps, son organisation a été en première ligne dans la lutte contre l’Apartheid. Elle contribue grandement au boycott par de nombreuses nations africaines des Jeux de Montréal. Des JO 1976 auxquels participe la Nouvelle-Zélande, qui avait envoyé son équipe de rugby à XV en Afrique du Sud pour une tournée.

Après avoir fait office d'ambassadeur du Congo-Brazzaville dans plusieurs pays d’Asie durant les années 1980, Jean-Claude Ganga est nommé ministre des Sports. En 1989, il succède par ailleurs au Togolais Anani Matthia à la tête du comité olympique africain (ACNOA). Une ACNOA qu’il dirige durant une décennie, jusqu’à une polémique qui va mettre fin à sa carrière.

Exclu du CIO pour corruption

En 1999, Jean-Claude Ganga est exclu du CIO. Il est accusé d’avoir été corrompu dans le cadre de la candidature de Salt Lake City (États-Unis) pour l’attribution des Jeux d’hiver 2002. Durant les années qui suivent, le Congolais continue de clamer son innocence et menace de faire des révélations fracassantes sur le Comité international olympique.

En 2015, un Jean-Claude Ganga visiblement apaisé publie l’ouvre Il était une fois les Jeux Africains, quelques semaines après que la 11e édition des Jeux continentaux se soit déroulée à Brazzaville. « Je suis heureux, souriait-il alors, durant une séance de dédicaces à Paris. Il n’y a pas beaucoup d’auteurs qui sont encore présents lorsqu’on joue la pièce, cinquante ans après la première ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.