Accéder au contenu principal

Plus d'un Tokyoïte sur deux est opposé à la tenue des Jeux olympiques en 2021

Seulement 15,2% des habitants de Tokyo souhaitent des JO pleins et entiers.
Seulement 15,2% des habitants de Tokyo souhaitent des JO pleins et entiers. Charly TRIBALLEAU/AFP

Pour les habitants de Tokyo, l'organisation des Jeux olympiques en 2021 dans leur ville n’est plus une priorité. Pour la première fois depuis l’attribution à la capitale japonaise des JO, un peu plus de la moitié des Tokyoïtes y sont même opposés.

Publicité

Les mentalités changent. En 2013, la Bourse de Tokyo avait célébré sans retenue l'attribution des Jeux olympiques de 2020 à la capitale japonaise. À la clôture, l'indice Nikkei 225 des valeurs vedettes avait ainsi bondi de 2,48%. Les entreprises de la construction et du tourisme profitaient de la bonne nouvelle. 

À l’époque, le Japon espérait attirer 30 millions de touristes sur l'année 2020 contre un total de 8,3 millions sur l'année 2012. Sept années plus tard, l’optimisme n’est plus là. Entre la crise économique qui frappe le pays et celle du coronavirus, les habitants de la ville de Tokyo n’ont plus vraiment envie de voir les Jeux arrivés chez eux.

31,1% des Tokyoïtes en faveur de Jeux d'une ampleur réduite

Aujourd’hui, pour la première fois depuis l’attribution à la capitale japonaise des JO, un peu plus de la moitié des habitants de Tokyo sont opposés à l'organisation l'an prochain dans leur ville des Jeux, reportés d'un an - une première en temps de paix - en raison de la pandémie de nouveau coronavirus.

Selon un sondage publié lundi 29 juin, 51,7% des personnes ayant répondu à cette enquête menée par deux médias nippons, ont dit espérer que les JO seraient soit à nouveau reportés soit annulés, tandis que 46,3% ont dit souhaiter qu'ils aient bien lieu en 2021. Plus précisément, 27,7% voudraient une annulation pure et simple et 24,0% un second report, 31,1% espèrent des Jeux d'une ampleur réduite et 15,2% des JO pleins et entiers. 

La gouverneure de la capitale japonaise, Yuriko Koike, première femme à occuper le poste de gouverneur-maire de Tokyo, promet pourtant de « se mobiliser à 120% » pour que l'événement puisse avoir lieu. Le 21 août 2016, pour la clôture des JO de Rio, Yuriko Koike brandissait le drapeau olympique en signe de passage de témoin. Elle venait tout juste d'être élue. Le moment était festif.

Vers une simplification des Jeux de Tokyo 

« Simplification et réduction des coûts » sont les maîtres mots en plus de la sécurité, explique désormais Mme Koike, candidate à sa réélection le 5 juillet prochain. Mais Yuriko Koike rejette en bloc le scénario d’une annulation des Jeux de Tokyo en 2021.

« Nous organiserons des Jeux dans un environnement sûr et serein pour les athlètes et les spectateurs venus de l’étranger, ainsi que pour les habitants de Tokyo. Les méthodes pour parvenir à cet objectif, qu’il s’agisse de tests PCR ou de traçage des contacts, seront décidées prochainement », a-t-elle expliqué lors d’un entretien avec l’AFP, quelques jours après avoir annoncé sa candidature à un second mandat, avec comme toile de fond une recession économique qui touche aussi la capitale du Japon.

Mi-avril le Fonds monétaire international (FMI) avait prédit pour le Japon une chute de 5,2% du PIB sur l’ensemble de l’année, en tablant sur une reprise de l’économie à partir du second semestre.

Fin avril, le Parlement japonais a adopté un budget extraordinaire de 25 700 milliards de yens, près de 222 milliards d'euros, pour faire face à la crise liée au coronavirus. Un plan qui vise aussi à protéger les emplois, éviter les faillites de petites et moyennes entreprises, soutenir l'industrie ainsi que certains secteurs d'activité particulièrement touchés par la crise, comme le tourisme, privé des JO de Tokyo cet été.

Le CIO et les organisateurs japonais ont convenu, au cours des dernières semaines, d'une simplification des Jeux de Tokyo. Les mesures devraient être rendues publiques dans les deux prochains mois.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.