Accéder au contenu principal
Etats-Unis / Média / Internet

Jeff Bezos, l’innovant patron d’Amazon qui s'est payé le «Washington Post»

Jeff Bezos, président executif d'Amazon.
Jeff Bezos, président executif d'Amazon. Reuters

C'est une surprise dans le monde de la presse. Jeff Bezos, le brillant fondateur du site de vente en ligne Amazon, s'est offert pour plus de 180 millions d'euros plusieurs journaux du groupe américain Washington Post, dont le quotidien du même nom. Dans les années 1970, c'est ce journal qui a révélé le scandale du Watergate et contribué à la démission du président Nixon.

Publicité

Le Washington Post est le septième quotidien en nombre de ventes aux Etats-Unis, où la presse est fortement fragilisée par la montée en puissance d’internet. Outre le quotidien phare, le nouveau propriétaire rachète d’autres journaux détenus par la famille Graham, y compris Express, The Gazette Newspapers, Southern Maryland Newspapers, Fairfax County Times, El Tiempo Latino et Greater Washington Publishing. Malgré une baisse de revenus depuis sept ans, Jeff Bezos a promis aux salariés et aux lecteurs de préserver l’indépendance journalistique du journal et ses valeurs, tout en menant la bataille de l’innovation.

Un succès mondial

Car la marque de fabrique de Jeff Bezos, c'est justement son insatiable goût pour l'innovation. Né en 1964, ce fils adoptif d'un immigré cubain dont il porte le nom a toujours montré de l'intérêt pour les sciences. Enfant déjà, il conçoit une alarme électrique pour tenir sa fratrie à l’écart de sa chambre. Après des études à l'université de Princeton, il atterrit à Wall Street et travaille dans le commerce international. C'est en 1994, lors de ses multiples voyages d’affaires à travers les Etats-Unis, quelque part entre New York et Seattle, que germe l'idée de vendre en ligne. Le site Amazon.com est né !

Son idée de génie ? Permettre aux Américains, grâce à internet, d'acheter tout en payant moins de taxes. Des livres à l'alimentation, en passant par les vêtements, Amazon est aujourd'hui le premier site de vente en ligne au monde. Son siège est à Seattle.

Obsédé par le long terme

Méticuleux et visionnaire, Bezos a toujours privilégié l'investissement dans les secteurs qu’il juge porteurs à long terme, parfois au détriment des bénéfices immédiats du groupe. Sa liseuse électronique Kindle en est un exemple. C'est cette stratégie de micromanagement, saluée par les investisseurs, qui a permis d'étendre Amazon sur plusieurs secteurs, sans pour autant mettre en péril la solidité du groupe. Philosophe et philanthrope, cet adepte du libertarianisme, un courant politique qui prône une réduction, voire une disparition de l’Etat, a fait construire dans les montagnes de Texas une horloge électronique pour encourager les gens à penser à long terme. L’horloge est censée donner l’heure exacte pour les 10 000 prochaines années.

Dix-neuvième fortune mondiale selon le magazine Forbes, avec un patrimoine estimé à près de 19 milliards d’euros, Jeff Bezos finance aussi un projet personnel, la société Blue Origin, qui ambitionne d’envoyer des touristes dans l'espace. L'achat du Washington Post prouve que ce passionné de science-fiction ne cesse de regarder les étoiles.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.