Accéder au contenu principal
Nouvelles technologies

CES 2014: Fleur Pellerin et Pierre Gattaz ensemble à Las Vegas

Christophe Lecourtier d'Ubifrance, la ministre Fleur Pellerin et le président du Medef Pierre Gattaz lors de leur conférence au Venitian de Las Vegas.
Christophe Lecourtier d'Ubifrance, la ministre Fleur Pellerin et le président du Medef Pierre Gattaz lors de leur conférence au Venitian de Las Vegas. Thomas Bourdeau/RFI

Fleur Pellerin, ministre déléguée chargée des PME, de l’Innovation et de l’Economie numérique, et Pierre Gattaz, président du Medef, étaient au CES (Consumer Electronic Show) de Las Vegas. Quelles étaient leurs intentions ? Qu'ont-ils d'important à faire lors de ce salon ? La réponse à ces questions a été donnée lors d'une conférence de presse dans les locaux de l'hôtel Venitian.

Publicité

C'est la première fois que le Medef fait un déplacement au CES (Consumer Electronic Show) de Las Vegas. Son président, Pierre Gattaz, l'a exprimé en fin de discours et son arrivée au CES de Las Vegas n'était pas vraiment anodine. « L'idée pour le Medef est de promouvoir ce salon en France, a t-il déclaré. On aimerait bien qu'il y ait un satellite du CES chez nous ». Car quand Pierre Gattaz fait un bilan des défis économiques à affronter pour la France, la majeure partie de ses défis se retrouve mise en avant durant ce salon de l'électronique.

Les nouvelles technologies sont notamment dans sa ligne de mire. « L'économie numérique est un monde absolument extraordinaire, où tout est à créer, a t-il précisé. C'est extraordinaire de passer devant cette révolution digitale. » Pour le Medef, il est également important d'accompagner les start-ups françaises au CES. « C'est passionnant, fascinant de promouvoir la France auprès des Américains, souligne Pierre Gattaz. La France est un pays qui a des atouts. »

Fleur Pellerin est en accord avec lui et elle le souligne : ils sont venus ensemble, soudés dans la même dynamique : « Nous peinons à convaincre à cause de signaux contradictoires. Nous devons convaincre, mettre mieux en valeur nos talents, notre esprit d'équipe. » Elle insiste en parlant de cette nouvelle « French Tech ». « Il faut que les entreprises s'y reconnaissent, a-t-elle lancé. Mon ambition est de faire de la France la start-up " République ". On a les atouts pour y arriver. »

Netflix bientôt en France ?

La ministre a également profité de l'occasion pour commenter sa rencontre avec Reed Hastings, PDG de Netflix, une chaîne qui propose des films en flux continu sur internet. « Avec Netflix, les discussions sont confidentielles, a-t-elle expliqué. On leur a dit quel est le cadre réglementaire en France, mais ce n'est pas si problématique que cela : ils pourraient très bien produire en France, ils le comprennent bien. » Fleur Pellerin précise toutefois : « Il n'y a pas vraiment de calendrier, de négociations ».

Dans la salle, un entrepreneur français résidant en Californie, Guillaume De la Tour, de la société Bluefox, applaudissait des deux mains. Il leur a exprimé son enthousiasme de vive voix durant la conférence : « Cela fait plaisir de voir le Medef et la ministre ensemble. Je suis un entrepreneur français parti en Californie et là je peux me dire que je ne suis pas seul dans mon coin lâché par la France. Merci à vous ! »

Pierre Gattaz est revenu sur le discours de Greg Shapiro, l'organisateur du CES de Las Vegas, un peu méfiant vis-à-vis des marchés asiatiques. « La social-démocratie européenne est rassurante pour les Américains, a t-il déclaré. Là dessus, je suis optimiste, le " French bashing ", c'est embêtant mais il n'a pas de fondement. »Avant de conclure, confiant : « Il y un axe naturel américano-européen face aux offensives asiatiques ».

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.