Accéder au contenu principal
Transport aérien

Crash du Rio-Paris: les juges prononcent un non-lieu pour Airbus et Air France

AF447: la traque du vol Rio-Paris, disparu en juin 2009 au dessus de l'Atlantique.
AF447: la traque du vol Rio-Paris, disparu en juin 2009 au dessus de l'Atlantique. Fabrice Gardel / Simon Kessler

Dix ans après le crash de l'avion Rio-Paris, les juges en charge de l'instruction ont ordonné un non-lieu pour Airbus et Air France, au grand dam des familles de victimes. Le 1er juin 2009, le vol AF447 entre le Brésil et la France s'était abimé dans l'Atlantique, causant la mort des 228 passagers et membres de l'équipage.

Publicité

A l'origine de la catastrophe, le givrage en vol des sondes de vitesse Pitot de l'Airbus A330. Il avait conduit à un dérèglement des mesures de vitesse de l'avion qui avait désorienté les pilotes jusqu'au décrochage de l'appareil. En 2011, Airbus et Air France avaient été mises en examen pour « homicides involontaires » mais en juillet dernier, le parquet de Paris avait finalement demandé la relaxe pour Airbus et un procès, en revanche, pour Air France.

Il estimait en effet que la compagnie avait « commis une négligence et une imprudence » en n'informant pas assez ses pilotes sur la procédure en cas d'anomalies liées aux sondes, malgré une quinzaine d’incidents similaires relevés les mois précédant la catastrophe.

Les juges ont donc eux finalement ordonné un non-lieu pour les deux entreprises.
« Cet accident s'explique manifestement par une conjonction d'éléments qui ne s'était jamais produite, et a donc mis en évidence des dangers qui n'avaient pu être perçus avant cet accident », ont-ils estimé.

On a le sentiment qu'il ne faut pas toucher au fleuron aéronautique européen et qu'il ne faut surtout pas considérer que la compagnie nationale, même si l'État s'en désintéresse ou s'en désengage, puisse être mise en cause.

Pour l'association des proches des victimes, Entraide et solidarité, cette décision est un affront non seulement pour les familles mais aussi pour la justice. Dans un communiqué, elle affirme que les juges ont fait fi de certaines expertises sur le role des sondes qui impliquaient clairement les deux entreprises. « Comment ne pas penser que cette décision est guidée par des intérêts économiques supérieurs à ceux de la justice ? », s'interroge l'association. Elle a décidé d'interjeter appel.

L'avocat de l'association Sébastien Busy précise que les familles des victimes ne cherchent pas absolument à ce qu'Airbus et Air France soient condamnées mais elles demandent à ce qu'elles viennent s'expliquer devant un tribunal, pour mieux comprendre la chaîne de responsabilités et ce qui a pu entraîner la catastrophe du 1er juin 2009.

À lire aussi :Crash du vol Rio-Paris: les familles des victimes s'impatientent

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.