Accéder au contenu principal
France

Un an après, 73 pays ont signé l'appel de Paris sur la cybersécurité

Le Centre d'analyse informatique défensive de l'armée française, en 2015 (illustration).
Le Centre d'analyse informatique défensive de l'armée française, en 2015 (illustration). JOEL SAGET / AFP

Un an après son lancement, l'appel de Paris pour la sécurité dans le cyberespace a recueilli 73 signatures d'Etats, et 1 038 au total avec celles des entreprises et ONG.

Publicité

« Nous avons plus que doublé le nombre de soutiens », s'est félicité ce mardi 12 novembre le secrétaire d' État français aux affaires étrangères Jean-Baptiste Lemoyne lors d'une table ronde du Forum mondial sur la Paix. « Quatorze des 25 pays qui tentent actuellement de discuter à l'ONU d'un code de bonne conduite internationale dans le cyberespace ont signé l'appel », a souligné le vice-président de Microsoft en charge des affaires européennes, John Franck, dans la même table ronde. Au total, l'appel de Paris a recueilli 73 signatures d' États, et 1 038 au total avec celles des entreprises et ONG.

►À écouter aussi : Cybersécurité, faut-il choisir entre sécurité et libertés?

Lancé en novembre 2018 à l'initiative de la France mais aussi de grandes entreprises comme Microsoft, l'appel de Paris vise à éviter que le cyberespace ne se mue en Far West dangereux, où cybercriminels mais aussi les États et leurs cyber-combattants feraient peser un danger permanent pour les entreprises et la société civile.

Neuf principes généraux

Il fixe neuf principes généraux que les signataires s'engagent à respecter dans le cyberespace : protection du coeur public de l'internet, défense des processus électoraux, non-prolifération des logiciels malfaisants... Les signataires de l'appel s'efforcent désormais de trouver une traduction concrète à ces principes, en aiguillon des discussions internationales en cours à l'ONU.

L'appel de Paris est soutenu par les États européens, le Canada, l'Australie, le Japon, Singapour, l'Australie, une douzaine de pays d'Amérique latine et une dizaine de pays africains. Mais les poids lourds du cyberespace, comme les États-Unis, la Chine et la Russie entre autres, manquent toujours à l'appel. Aux États-Unis, La Virginie, le Colorado ou l'État de Washington ont toutefois signé l'appel de Paris, tout comme l'équipementier télécom chinois Huawei ou plusieurs entreprises russes comme Kaspersky.

(Avec AFP)

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.