Accéder au contenu principal
CES 2020

CES 2020: pas de clap de fin pour les nouvelles technologies

C’est le réalisateur James Cameron qui s’est attelé au concept car de chez Mercedes, avec un réel sens de la mise en scène.
C’est le réalisateur James Cameron qui s’est attelé au concept car de chez Mercedes, avec un réel sens de la mise en scène. Thomas Bourdeau/RFI

Les nouvelles technologies à Las Vegas, c’est un peu le scénario du film « Un jour sans fin ». Chaque fois ça pourrait ressembler à la même chose mais c’est aussi totalement différent. Cette année, place à l’expérience utilisateur et à une certaine globalité plus harmonieuse dans les nouvelles technologies. On vous explique tout…

Publicité

Durant la semaine du CES, le salon mondial de l’électronique à Las Vegas, tout un monde technologique trépigne d’impatience ! Les projets les plus fous et ambitieux vont-ils aboutir, parvenir à s’insérer dans les désirs des distributeurs, voire figurer dans les futures vitrines des grands magasins ? Ainsi va la vie économique de cette planète tech, toujours aussi impressionnante d’ailleurs. A l’espace Eurêka Park, connu pour être un lieu de start-ups un peu brouillonnes mais aussi bien souvent talentueuses, on a découvert une allée bordée d’une dizaine de start-ups soutenues par le Samsung Lab. Normalement, on traverse ce genre d’allée assez rapidement mais là c’est à chacune des présentations qu’on a freiné le pas tant l’intérêt économique, technique ou social de chacune des idées nous semblait fort. Quand ailleurs sur le salon c’est plutôt du net working entre dirigeants en voyage, là chez Samsung Lab se jouent des idées en parfaite harmonie avec leur temps.

Un des slogans du CES résume parfaitement la situation : le temps de l’expérience. Car autant les marchés semblent se stabiliser, moins de gadgets, moins de bruits et de lumières vaines dans les stands mais beaucoup plus de projets réunissant toutes les technologies. On est dans l’expérience utilisateur et non plus dans le produit unique. C’est ce qui fait que le salon avait même une nouvelle allure comme cette maison japonaise Sekisui qui a été reproduite dans la banlieue de Las Vegas comme maison témoin. C’est une maison autonome en énergie et elle propose tout une gamme de services afin de faciliter le bien-être et la santé de ses occupants. C’est un peu comme si le contenant devenait responsable du contenu (nous, les individus).

Une rue envahie par nos nouveaux usages technologiques

Dans le même ordre d’idée, toute une rue a été reproduite par la marque Samsung pour présenter ses produits. Une rue envahie par nos nouveaux usages liés aux nouvelles technologies. La maison mais aussi la ville et de la même façon, le contenant qui prend soin des contenus. Avec des capteurs et autres caméras de détection.

Même constat dans le domaine de l’automobile qui fait sa mue ! Nicolas Pegorier présente sur le stand de Faurecia une industrie automobile arrivée au niveau 3, le niveau 5 c’est le véhicule autonome. La marque Byton, un nouvel entrant dans le domaine, promet de changer la donne en matière de véhicule électrique et connecté. Un contenant gorgé d’applications et soigneux du bien-être du contenu (le conducteur et les passagers) là aussi.

Hypergéolocalisation à des degrés de précision inégalée.

Toutes ces expériences sont en général bien meilleures et précises, à l’instar des solutions proposées parla société Geoflex (prix de l'innovation sur ce salon). Romain Legros son DG nous a détaillé ses solutions d'hypergéolocalisation qui atteignent des degrés de précision inégalée.

Bien penser le temps de l’expérience utilisateur

Et c’est là qu’il faut saisir le temps du salon, ne pas s’arrêter à l’écume de la tech, à la vitrine qui brille au loin. C’est un salon où les fabricants rencontrent leurs distributeurs pour envisager et vérifier la faisabilité des offres. Mais c’est aussi un salon où les innovateurs proposent leurs produits à des investisseurs potentiels. Là encore, il faut bien penser le temps de l’expérience utilisateur, la user experience, si fondamentale pour la réussite future.

Des vélos électriques dans le sens du temps

Les nouvelles technologies, certains les observent avec effroi (à raison parfois) mais d’autres conservent un enthousiasme et espèrent les révolutions technologiques à venir. En santé un miroir truffé de capteurs pourra analyser et détecter si votre santé vacille, un tapis de sol vous remettre sur le droit chemin, une montre vous conseiller pour mieux affronter la qualité de l’air ou évaluer vos besoins nutritifs. On a apprécié de voir arriver sur le salon des vélos électriques bien dans le sens du temps, mais aussi des méthodes pour mieux cultiver, et utiliser l’eau au cm près. Des idées pour vaincre la dyslexie, nettoyer les plages…. Alors oui, le CES a un côté bling bling et on n’a certainement pas besoin d’une machine à cocktail connectée, mais plutôt des projets anti gaspi dans la cuisine et d’aide au bien-être sûrement.

Même les grandes marques ont des patates connectées

A un moment avec un grand sourire, on s’est demandé s’il n’y avait pas eu juste un malentendu au CES de Las Vegas. Que les entreprises chinoises avaient malencontreusement pris la ville des néons toujours allumés au pied de la lettre en pensant que tout devait clignoter ainsi partout autour de nous, avec moults cris communicatifs surjoués en supplément. Mais non, la réalité et le temps du CES se jouent sur les stands, à la rencontre des visiteurs. Alors pas besoin de patate connectée (un canular proposé par un Français cette année) pour démontrer que beaucoup de projets ne verront pas le jour. C’est un salon professionnel, ne l’oublions pas et même les grandes marques commettent des patates connectées. Ce canular a fait sourire certains médias nationaux mais il semble relever plutôt d’une réelle incompréhension, voire d’une incompétence bien Made in France quand on observe le sérieux du travail sur les stands hollandais, italiens ou quand on constate l’originalité de certains projets d’universités. Cette incompréhension nous semble parfaitement résumée par Thomas Serval de CareOs : « Certes les nouvelles technologies ont un côté sombre, mais accuser la tech d’être responsable de nos faiblesses serait refouler ce que nous sommes vraiment. Si vous ne sortez pas dehors, c’est de votre faute, pas celle de votre portable ! »

Mercedes et son concept car.
Mercedes et son concept car. Thomas Bourdeau/RFI

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.