Accéder au contenu principal
Internet

Quand l'esthétisme des selfies tourne à l’obsession

Se rapprocher de son image virtuelle est devenu une vraie drogue pour certains (image d'illustration).
Se rapprocher de son image virtuelle est devenu une vraie drogue pour certains (image d'illustration). Getty Images

Avoir un visage ou un corps « parfait » est désormais à la portée de tous avec la multiplication des applications pour « smartphones » de retouche de « selfies » et autres autoportraits. Une tyrannie des filtres qui tourne à l’obsession chez certains internautes attirés par la chirurgie plastique pour ressembler à une image virtuelle fantasmée.

Publicité

Avec l’avènement du numérique, « les filtres photo sont devenus une véritable drogue », conclut une étude médicale publiée par la Bibliothèque américaine de médecine. Cette addiction aux logiciels de retouches favoriserait la dysmorphophobie, c’est-à-dire un trouble obsessionnel compulsif qui entraîne chez certains individus une perception de certaines parties de leurs corps comme difformes. Le problème toucherait 2% de la population mondiale.

Les adolescents, premières victimes de la tyrannie de la beauté

« Les premières victimes sont les adolescents, en perpétuelle quête d’approbation de leurs selfies sur les réseaux sociaux », nous explique Patrick Clervoy, médecin psychiatre à Toulon et auteur du livre Les pouvoirs de l’esprit sur le corps, aux éditions Odile Jacob. « On voit des personnes totalement captives de l’image que le selfie va leur renvoyer. Sur internet, des jeunes veulent par exemple être par exemple l’absolue copie de Ken, le compagnon de Barbie. Certains vont d’autant plus loin dans cette démarche qu’il y a une offre chirurgicale pour leur répondre. En revanche, vous avez déjà des réactions, par exemple, les personnes qui pratiquent le culturisme, dont les efforts physiques, nous disent "c’est moi qui décide de me sculpter le corps en pratiquant un sport". Je trouve que c’est déjà beaucoup plus sain que d’aller faire de la chirurgie extrême comme des oreilles d’elfes, des langues fourchues, des pommettes retravaillées, ou autres ».

Moins de défauts, plus de likes

Les applications pour mobiles de retouches d’images sont nombreuses. Toutes s’inspirent, par ailleurs, d’un logiciel de la firme Adobe, Photoshop, pour ne pas le nommer, transformant n’importe qui en star de ciné sur un ordinateur. Sur les smartphones, la plateforme Instagram a démocratisé cette manie d’embellissement des portraits, bientôt copiée par d’autres applications comme  BeautyPlus, Perfect Me, ou encore, InstaBeauty.

Le domaine de la vidéo sur la Toile n’échappe pas non plus au phénomène. Tik Tok, par exemple, le réseau social d’échange de courtes vidéos, développé par l'entreprise chinoise ByteDance, propose à ses 500 millions d’abonnés dans le monde, des applis gommant les défauts de votre frimousse. Dans ce cas, des programmes d’intelligence artificielle sont mis à contribution en recalculant en temps réel les traits du visage. Sachez que cette tyrannie de l’apparence sur les réseaux sociaux se moque totalement de votre beauté intérieure. Une estime de soi, convient-il de préciser, qu’aucun selfie ou chirurgien esthétique au monde, n’est encore capable de modifier.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.