Accéder au contenu principal
Japon/Environnement

Japon: la pression s’accroît contre la chasse aux dauphins

Une photo de pêche aux dauphins, à Taiji, prise par des militants de Sea Shepherd le 20 janvier dernier.
Une photo de pêche aux dauphins, à Taiji, prise par des militants de Sea Shepherd le 20 janvier dernier. Sea Shepherd Conservation Society

Malgré la protestation de Caroline Kennedy, l’ambassadrice des Etats-Unis à Tokyo, des pêcheurs du village de Taiji continuent de sortir en mer pour capturer des dauphins. Des militants de l’association de défense des animaux Sea Sheperd, basée aux Etats-Unis, sont venus sur place pour dénoncer ce qu’ils considèrent comme un massacre. Cette pression internationale n’a aucun effet sur les pêcheurs.

Publicité

Aucun effet. Les pêcheurs japonais ressentent ces protestations de Sea Sheperd, Greenpeace, comme « un acharnement raciste à dénoncer une pratique ancestrale ». Des le XVIIIe siècle, le village de Taiji, au sud-ouest de Tokyo, a été le premier à pratiquer une chasse organisée aux baleines, puis aux dauphins. L’arrivée de ces mammifères sur les côtes était alors pour un Japon en manque de protéines animales un don du ciel. Aujourd’hui, le village de Taijin dénonce l’hypocrisie des Occidentaux qui tolèrent les corridas, la mise a mort de taureaux, de vaches à viande, mais n’acceptent pas que les Japonais se nourrissent de chair de baleines ou de dauphins.

La cruauté avec laquelle les dauphins sont tués à Taiji

Le village de Taiji a été rendu célèbre par un documentaire américain, The Cove (La baie de la honte) montrant le massacre des dauphins. Les pêcheurs de Taiji en rabattent chaque année environ 2 000 dans une petite crique. Ils sont tués à coups de lance dans des jets d’écume et de sang. A l’abri des regards. Sous des bâches tendues au-dessus de l’eau.

Les Japonais, à l’exception de quelques gourmets, ne mangent plus de viande de dauphins et de baleine. Ils ne comprennent pas cet acharnement de leurs pêcheurs à continuer leur capture au nom d’une tradition ancestrale.

L’inquiétude exprimée par Caroline Kennedy sur Twitter quant à « l’inhumanité » de la pêche aux dauphins par rabattage au Japon est aussi exceptionnelle de la part d’un ou d’une représentante des Etats-Unis a Tokyo. Et le nom de Caroline Kennedy a un pouvoir d’attraction considérable sur les médias. Le département d’Etat américain à Washington l’a aussitôt soutenue. Les Etats-Unis demandent un moratoire sur le commerce des baleines.

Le mercure au secours des dauphins ?

Mais un fait nouveau perturbe aujourd’hui les rares amateurs de viande de dauphin au Japon : la viande de ces mammifères marins est-elle pas toxique ? Elle contient en effet un taux de mercure supérieur à celui fixé par le ministère de la Santé. Elle est plus toxique que les poissons qui ont contaminé les habitants de la région de Minamata.

► A (RE)ECOUTER : Une convention pour limiter l'usage du mercure

Dans les années 1950, une usine rejeta des déchets chargés de mercure dans la baie de Minamata. Et la maladie de Minamata causa des milliers de victimes. Le mercure pourrait sauver les dauphins en dissuadant les pêcheurs japonais de les capturer.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.