GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Juillet
Dimanche 15 Juillet
Lundi 16 Juillet
Mardi 17 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 19 Juillet
Vendredi 20 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Des milliers de Chinois manifestent à Paris contre l’insécurité

    media

    Des milliers de manifestants chinois ou d'origine chinoise ont défilé ce dimanche 20 juin 2010 dans le quartier de Belleville, à Paris. Un quartier qui a beaucoup changé ces dix dernières années en raison de cet afflux d’immigrés asiatiques. Ces derniers disent être la cible de violences à répétition et demandent aux autorités une « sécurité pour tous ». C’est la plus grande manifestation de cette communauté jamais organisée en France.

    « Stop à la violence, on veut vivre en sécurité ». Des paroles de colère scandées en chinois, le message est tout de même passé grâce aux tee-shirts, casquettes et banderoles où l’on pouvait lire « marre des agressions » et « respect entre tous ». Pour la première fois, des Chinois, plutôt connus pour leur réserve, sont sortis de leurs gonds.

    « Il y a trop de gens qui sont agressés par des Arabes. Ils arrachent les sacs dans la rue, ils cassent les vitres, on ne se sent pas en sécurité », lance une jeune manifestante sous le bruit assourdissant des gongs et des tambours.

    Pour Philippe Costa, président du cercle Amitié France-Chine, les élus ont montré leur incapacité face à l’insécurité dans ce quartier multiculturel. « Beaucoup de gens ne viennent plus à Belleville parce qu’ils ont peur d’être agressés. Ils habitent Belleville, ils y travaillent, donc il y a de l’argent qui circule, ce sont des proies faciles, déplore-t-il. Nous, ce que l’on demande, c’est des caméras de surveillance. On ne veut plus de voyous sur Belleville ».

    Pour Taki Zhang, le porte-parole du Collectif des associations franco-chinoises, la communauté asiatique ne peut plus garder le silence. « Ce n’est pas dans l’habitude des Asiatiques de manifester, mais ça fait vingt ans que ça dure. Tout le monde se renvoie la balle. C’est un quartier qui a une frontière avec quatre arrondissements ».

    Le collectif demande que le ministre de l’Intérieur, la préfecture, les maires et les associations se retrouvent autour d'une table pour discuter de ces questions.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.