GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Octobre
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Octobre
Lundi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    La question des retraites suscite des dissonances chez les Verts

    media

    Réunis depuis le 19 août 2010 à Nantes pour leur université d’été, les Verts et Europe Ecologie ont pour défi de dépasser les querelles intestines et de définir un projet commun avec, en ligne de mire, l'élection présidentielle de 2012. Mais un premier point de crispation s’est déjà fait jour : l’âge légal du départ à la retraite.

    Avec notre envoyé spécial à Nantes, Eric Chaurin

    « Il y a des marqueurs écologiques à gauche, il y a les soixante ans. Je crois que Martine Aubry s’en est rendu compte. Et je crois qu’Eva Joly a très largement clarifié cela ». En prononçant cette petite phrase, Jean-Vincent Placé, le numéro deux des Verts, savait bien qu’elle ferait bondir Daniel Cohn-Bendit. «  On ne va pas me dire que le marqueur gauche-droite, c’est 60-62 ans. C’est complètement débile, a rétorqué le député européen. Nous ne devons pas dire ni 60, ni 62. Nous devons dire quelles sont les conditions remplies pour que les citoyens, au développement de leur vie, puissent choisir en fonction de leur santé et de leur possibilité, le moment où ils vont décider d’être à la retraite ».

    Une question de principe

    La retraite à 60 ans est-elle un marqueur idéologique ? Ce n’est pas comme cela que Cécile Duflot, numéro un des Verts, pose la question. « La retraite à 60 ans, c’est d’abord un acquis social. Et sa remise en cause dans le cadre du projet qui est porté par le gouvernement fait des victimes qui sont essentiellement les femmes, ceux qui ont eu des périodes de chômage, et ceux qui ont travaillé à temps partiel. C’est ça la réalité. Et donc, remettre un acquis social en cause qui aggrave la situation des plus fragiles, pour moi, c’est inacceptable. Donc, ce n’est pas tellement une question de marqueur droite-gauche, c’est une question de principe ». Une question de principe dont les Ecologistes doivent encore débattre. 

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.