GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 23 Octobre
Jeudi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Crise du logement en France : des milliers de logements HLM vides

    media Un document du ministère de l'Ecologie pointe l'existence de milliers d'appartements vides dans certaines villes françaises. PhotoAlto/Michael Mohr

    Alors que plus de 700 000 personnes sont en attente d'un appartement social à loyer modéré, un listing confidentiel publié mercredi 29 septembre par le journal Le Parisien révèle que les offices HLM regorgent de logements vacants dans toute la France. Des milliers de logements habitables sont ainsi laissés vides par certains bailleurs sociaux.
     

    D'après le journal, 28 communes serait concernées, soit un total de 8 000 logements vides. Des taux de vacance de 7% à 12%, bien au-delà de la moyenne, dus à la rotation des locataires. Pour Thierry Saniez, délégué général de l'association de consommateurs CLCV (Consommation, logement et cadre de vie), les prix des HLM évoluent de plus en plus en fonction des critères proches du secteur privé :

    « Un bailleur va pouvoir augmenter tel ou tel logement parce qu’il est bien situé, parce qu’il considère qu’il a un avantage particulier. Et donc on arrive, notamment dans les zones dites ' non tendues ', où la demande n’est pas forcément très forte en matière de logement, à des tarifs qui deviennent de plus en plus élevés et où les personnes peuvent se dire, ‘ écoutez à ce prix là, à la limite, il faut mieux aller dans le secteur privé ’ », explique-t-il.

    Autre explication : les tours et autres barres HLM sont souvent mal gérées. Et Thierry Saniez poursuit : « Il faut sans doute qu’il y ait une question beaucoup plus prégnante, qu’on identifie rapidement les logements qui vont se libérer, que les commissions d’attribution affectent ces logements très rapidement à une famille, que l’équipe qui est là pour rafraîchir le logement soit rapidement sur les lieux. Après, il faut identifier s’il y a des blocages politiques. Il faut effectivement veiller à ce que ces logements restent attractifs, donc il faut aussi se poser la question du niveau d’entretien  ».

    Pour Marie-Noëlle Lienemann, l'ancienne ministre socialiste du Logement, les pouvoirs publics devraient donner six mois aux bailleurs sociaux ayant plus de 3% de vacance. Au-delà de ce délai, l'Etat réquisitionnerait ces logements vides. 

    Chronologie et chiffres clés

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.