GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 24 Juillet
Jeudi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    En France, l’affaire des «biens mal acquis» provoque un tracas diplomatique

    media Le Palais de justice de Paris où siège la Cour de cassation. Carcharoth/Wikimedia

    La décision de la Cour de cassation française, qui a jugé recevable le 10 novembre 2010, la constitution de partie civile de Transparence International dans l'affaire des « biens mal acquis », est saluée par les organisations non gouvernementales et la société civile, même si elles expriment un bémol. Cette décision provoque toutefois des tensions, le dossier étant jugé diplomatiquement sensible. Différents chefs d’Etats africains y sont impliqués, dont Denis Sassou-Nguesso, du Congo, et Téodoro Obiang Nguema, de Guinée équatoriale.

    Pour les organisations non gouvernementales et la société civile, la décision de la justice française est bonne car elle permet de mettre la pression sur les dirigeants africains qui détournent les deniers publics à leur profit, pour les placer dans les pays européens. Mais pour Marc Ona Essangui président de la coalition « Publiez ce que vous payez », cela doit également obliger la France à restituer ces biens aux Etats concernés, ce qui n'est pas dans sa tradition.

    « La France n’a jamais restitué les avoirs et les biens d’un chef d’Etat africain mort ou accusé de détournement. Je prends le cas de Bokassa, de Mobutu et bien d’autres. Leurs avoirs n’ont jamais été restitués et nous pensons que cette procédure doit effectivement permettre la restitution des biens mal acquis aux Etats concernés ».

    Il ne faut pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué, répond en substance Maître Simone Bernard-Dupré l'un des avocats du président Denis Sassou-Nguesso : « quand on dit les biens mal acquis, ceci reste à démontrer. Il restera à démonter surtout, comment cette affaire se retrouve devant un tribunal français. Le président Denis Sassou-Nguesso bénéficie de l’immunité diplomatique et en plus, ne peut absolument pas répondre devant la France. Et en toute hypothèse, il s’agirait d’un délit d’ingérence ».

    Précision de taille tout de même : aucune des personnes citées dans la plainte n'est encore coupable, ce qui promet une longue bataille de procédure.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.