GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 10 Novembre
Dimanche 11 Novembre
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Le ministre israélien de la Défense a annoncé sa démission du gouvernement suite à un désaccord profond concernant le cessez-le-feu à Gaza. Il a estimé devant la presse que l'accord de trêve était une «capitulation devant le terrorisme».

    Dernières infos
    • Birmanie: les violences contre les Rohingyas sont «inexcusables», dit Pence à Aung San Suu Kyi
    • L'opposant Navalny annonce avoir finalement été autorisé à quitter la Russie pour Strasbourg
    • Budget: Rome demande à Bruxelles de la «flexibilité» pour le pont de Gênes et les intempéries
    • France: le gouvernement veut supprimer les chaudières au fioul d'ici 10 ans
    France

    Remaniement ministériel en France: bientôt la fin de l'attente

    media

    L’attente aura été longue mais elle touche à sa fin. Le remaniement annoncé par Nicolas Sarkozy après les élections régionales du printemps 2010 devrait avoir lieu en début de semaine prochaine. Juste le temps pour le président de la République de rendre les derniers arbitrages afin de composer la meilleure équipe pour préparer 2012.

    « Le président de la République est le maître du temps » : de nombreux ministres et parlementaires de la majorité ont utilisé cette phrase pour rappeler qu’en matière de remaniement, il n’y a qu’une personne qui décide et qui décide quand elle veut : Nicolas Sarkozy.

    Et le chef de l’Etat a tenu son calendrier annoncé jusqu’au bout pour bien marquer sa volonté de ne céder à aucune pression : ni celle des ministres déstabilisés par l’incertitude, ni celle des parlementaires obligés de subir la pression, ni celle de l’opposition ironique sur ce feuilleton politique sans fin, ni celle de l’opinion incrédule face à un jeu politicien souvent déconnecté de ses préoccupations. Nicolas Sarkozy avait dit que le remaniement aurait lieu après la réforme des retraites. Il a donc attendu la promulgation du texte avant de trancher finalement.
     
    La fin de l’attente
     
    Le suspense devrait donc prendre fin d’ici quelques jours. Après des semaines durant lesquelles la concurrence entre les premiers-ministrables a occupé les esprits, car c’est peut-être cela qui restera. En affirmant son intention de changer l’équipe gouvernementale plusieurs mois à l’avance, Nicolas Sarkozy a placé François Fillon et ses successeurs potentiels en position de rivalité feutrée d’abord, puis au fil du temps et l’échéance se rapprochant, en rivalité ouverte. Une situation totalement inédite.
     
    Le duel François Fillon-Jean-Louis Borloo a ainsi été observé avec attention. Chaque parole et chaque action des protagonistes donnant lieu à une analyse sur leurs chances de remporter la mise. Les jeux ne sont pas faits et une surprise est toujours possible mais après une séquence favorable au ministre de l’Ecologie, le chef du gouvernement semble avoir repris la main en se déclarant candidat à sa propre succession. Et là encore, on n’avait jamais vu cela.
     
    Préparer 2012
     
    Si Nicolas Sarkozy a pris le temps de la réflexion, c’est certainement aussi pour faire le meilleur choix possible en fonction de son objectif, à savoir relancer la machine gouvernementale pour préparer la prochaine élection présidentielle en 2012. L’équipe devrait ainsi être resserrée et solide politiquement, une équipe de combat en quelque sorte avec le retour possible de poids lourds de l’UMP, tels Alain Juppé ou Xavier Bertrand. Ce dernier devrait d’ailleurs céder sa place de secrétaire général du parti majoritaire à Jean-François Copé. Car pour préparer 2012, Nicolas Sarkozy a aussi besoin d’une UMP en ordre de bataille.
     
    Nicolas Sarkozy ne peut néanmoins s’en tenir à un simple jeu de chaises musicales. Après tant d’attente, il doit envoyer un signal fort sauf à perdre en crédibilité. Quel sera le signal ? A voir. Mais comme le disait Jean-Louis Borloo récemment : un remaniement, c’est un « choix politique ». Le choix de la continuité avec François Fillon, le virage social avec Jean-Louis Borloo ou, qui sait, un troisième choix plus inattendu. Mais quoi qu’il en soit, avec ou sans nouveau gouvernement, avec le même Premier ministre ou un Premier ministre différent, c’est le chef de l’Etat qui restera aux commandes. Il a d’ailleurs prévu de s’exprimer à la télévision après l’annonce du remaniement pour expliquer lui-même aux Français comment il entend mener son action jusqu’en 2012.
    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.