GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 24 Octobre
Mercredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Le président français, Nicolas Sarkozy, à la conquête des Antilles

    media

    Deux ans après la crise sociale qui a secoué les Antilles, Nicolas Sarkozy accompagné de son épouse, est en visite dans ces îles. Une visite entamée en Martinique le vendredi 7 janvier 2011 par un hommage au poète Aimé Césaire, décédé en avril 2008. C'est sur les questions économiques et sociales que le chef de l'Etat est très attendu. Il sera en Guadeloupe ce samedi 8 janvier, pour présenter ses vœux aux Français d'Outre-mer. Un choix qui ne doit rien au hasard.

    Avec notre envoyée spéciale aux Antilles, Véronique Rigolet

    La Guadeloupe a été il ya deux ans, l’épicentre de la grave crise sociale qui a secoué pendant sept semaines les Antilles françaises. Deux ans après, Nicolas Sarkozy entend faire le bilan des mesures prises pour enrayer la crise, et notamment pour lutter contre la cherté de la vie aux Antilles. La parole de l’Etat a été respectée, fera valoir le président, tout en défendant à nouveau la nécessité d’un développement économique plus dynamique pour les Antilles et cela passe selon lui, par le développement du tourisme en Martinique et de l’agroalimentaire en Guadeloupe pour réduire les importations, et y développer une véritable production locale.

    On s’attend donc à un discours très volontariste à la hauteur du travail qui reste à

    Une visite qui ne suscite guère d’enthousiasme
    Reportage au Grand marché aux épices de Fort-de-France 10/10/2013 - par Véronique Rigolet Écouter

    accomplir pour sortir les Antilles du marasme. A Fort-de-France, les Martiniquais n’attendent pas grand-chose de cette visite. Ils sont pour le moins, résignés, alors que les prix restent toujours très élevés et que le chômage des jeunes bat tous les records (36% en Martinique, 44% en Guadeloupe). La situation est donc toujours potentiellement explosive.

    Une visite présidentielle à portée politique

    Une visite éminemment politique - comme toutes les visites du président Sarkozy - à quelques semaines d'élections cantonales, à quelques mois des sénatoriales et à quinze mois de la présidentielle. Le président a d'ailleurs emmené avec lui Jean-François Coppé, le patron de L’UMP. Ce dernier ne fait pas mystère de ses ambitions de conquête des Antilles, toujours fermement ancrées à gauche : « L’idée surtout c’est de rencontrer nos troupes et de commencer à préparer la levée en masse pour l’élection présidentielle, parce que cela concerne toutes les régions de France, et qu’on va y travailler partout. Et je suis très heureux d’être ici en Outre-mer ».

    Dès son arrivée à Fort–de-France, Jean-François Coppé a tenu meeting auprès de militants UMP alors que le président Sarkozy a reçu, lui, les grands élus de la région. 

    Une plaque à la mémoire d’Aimé Césaire apposée au Panthéon

    Avec notre envoyée spéciale à Fort-de-France, Véronique Rigolet

    C’est avec Carla que le président s’est rendu, dès son arrivée à Fort-de-France, auprès de la sœur d’Aimé Césaire, pour lui proposer un hommage national, afin d’honorer deux ans après sa mort, le chantre de la négritude, le plus grand poète martiniquais. Hommage lui sera donc rendu en avril prochain, au cours duquel une plaque à sa mémoire sera scellée au Panthéon.

    Cette cérémonie permettra à la France de marquer sa reconnaissance, fait valoir l’Elysée, envers le grand intellectuel et l’homme engagé de la Martinique, que fut Aimé Césaire. Son corps restera bien sûr, conformément à sa volonté, en Martinique.

    Un hommage national donc, concrétisé par une plaque au Panthéon. Le geste est fort et symbolique, mais il est à même de toucher le cœur des Martiniquais et plus largement, des Antillais, avec qui le président a toujours eu des rapports compliqués.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.