GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Aujourd'hui
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Les portraits des deux otages français en Afghanistan affichés place de la République à Paris

    media Place de la République, le 28 janvier 2011 : Anne Hidalgo, première adjointe au maire de Paris, dévoile deux grands portraits de Stéphane Taponier et Hervé Ghesquière, journalistes otages en Afghanistan. REUTERS/Jacky Naegelen

    En France, deux grands portraits de Stéphane Taponier et de Hervé Ghesquière, otages en Afghanistan, sont affichés depuis vendredi 28 janvier sur la place de la République à Paris. Enlevés le 29 décembre 2009, les deux journalistes de France 3 sont en captivité depuis 395 jours. En France, la mobilisation ne faiblit pas.

    « Je pense que Hervé et Stéphane, quand ils vont revenir - parce qu’on les attend de pieds fermes - n’imagineront pas que leur portrait était là, et pourtant si ».

    C'est donc juste à la sortie du métro que trônent les portraits désormais familiers de Stéphane Taponier et Hervé Ghesquière, ainsi que les prénoms moins connus de leurs accompagnateurs : Mohammed, Ghulam et Satar.

    Au pied de cette bâche de 9 m², une tente de sans-abri et un manège sont installés place de la République. Un lieu symbolique, comme l'explique Anne Hidalgo, première adjointe au maire de Paris, à l’initiative du projet : « Sur cette place très symbolique, place de la République, qui est aussi un lieu de rassemblements, de rencontres, un lieu de mobilisation, c’est aussi une façon de dire ‘ils sont là au cœur de Paris’ et nous espérons vraiment ardemment leur libération ».

    Nous sommes en droit de savoir pourquoi ça bloque pour la libération des otages.

    Jean-François Julliard, secrétaire général de Reporters sans frontières 28/01/2011 Écouter

    L'attente est douloureuse pour les familles, car les nouvelles récentes les concernant se font rares. « Les derniers signes de vie que les familles ont eus dateraient du mois de novembre. Mi-novembre, il y a une troisième cassette qui a été envoyée », explique Patricia Philibert, l'une des porte-parole du comité de soutien à Hervé et Stéphane. « Ils étaient fort amaigris, fatigués. Apparemment, d’après ce que nous ont dit les familles, ils avaient bon moral. C’est tout ce que nous pouvons dire, nous n’en savons pas plus depuis. On nous dit toujours que les négociations avancent, que le processus est enclenché de manière positive. Mais ce n’est pas la première fois, donc on ne va pas épiloguer. Sincèrement, nous ne savons pas ».

    Ces portraits seront en place de manière permanente jusqu'à leur libération.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.