GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 15 Novembre
Jeudi 16 Novembre
Vendredi 17 Novembre
Samedi 18 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Interruptions volontaires de grossesses en hausse chez les mineures

    media

    En France, 14 000 jeunes filles environ se font avorter chaque année avant leur majorité. Ce nombre d'interruptions volontaires de grossesse est alarmant et il continue à augmenter alors que le nombre total des IVG reste stable.

    On pourrait croire que les toutes jeunes Françaises, abreuvées d'informations en tous genres, connaissent bien leur corps. Pourtant, au moment où leur fécondité est très forte, elles sont nombreuses à ne pas savoir par exemple que le premier rapport sexuel peut conduire à une grossesse.

    Dr Corinne VAILLANT, du Groupe national d'information et d'éducation sexuelle en milieu scolaire 10/10/2013 - par Véronique Moreau
    A l'occasion du Forum à Paris sur le droit à l'IVG en 2011, présidé par le Pr Israël Nisand, les spécialistes déplorent une augmentation constante du nombre  d'avortements chez les jeunes filles. Causes avancées : un défaut d'éducation à la sexualité et des difficultés d'accès à la contraception.
    Écouter

    Il faudrait que la contraception puisse être prescrite aux mineures et délivrée gratuitement sans qu’elles aient besoin d’utiliser la carte vitale des parents.
    Véronique Sehier, responsable de la Commission contraception au Bureau national du Planning familial 02/10/2013 - par Jean-François Cadet
    Près de 200 000 IVG par an en France, 35 ans après la loi Veil qui autorisa l'avortement, sous certaines conditions. Le nombre d'interruptions volontaires de grossesse continue de stagner, c'est ce que révèle le rapport de l'IGAS (Inspection générale des Affaires sociales) qu'a reçue le 2 février 2010, la ministre française de la Santé, Roselyne Bachelot.
    Écouter

    Il faut dire que dans ce domaine très intime les parents ont parfois du mal à construire un dialogue avec leurs enfants, et que l'école ne prend que très timidement le relais. La loi prévoit en effet trois cours d'éducation sexuelle par an de la maternelle à la terminale mais en pratique ces cours ne sont souvent dispensés qu'aux élèves des classes de 4ème et 3ème.

    Pour les professionnels de la santé en milieu scolaire, cet apprentissage de la relation amoureuse et physique à l'Autre devrait pourtant s'étaler sur plusieurs années, ce qui permettrait aussi de donner aux jeunes une autre vision de la sexualité que celle des films pour adultes qu'ils visionnent en cachette. En attendant, la pilule contraceptive anonyme et gratuite pour les mineures n'est disponible facilement qu'en Alsace, et les pharmaciens délivrent encore avec beaucoup de réticence la pilule du lendemain, au mépris de la loi.

    La contraception chez les mineures doit être gratuite et confidentielle.
    Professeur Israël Nisand Chef du service de gynécologie-obstétrique du CHU de Strasbourg 10/10/2013 - par RFI
    Propos recueillis par Anna Piekarec
    Écouter

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.