GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 23 Septembre
Mardi 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • EuroVolley 2019: l'équipe de France domine la Finlande trois sets à zéro (25-16, 25-23, 25-21) et se qualifie pour les quarts de finale
    France

    Wim Wenders: Le regard de Pina était le film que je voulais faire

    media «Pina», film de Wim Wenders, dans les salles le 6 avril 2011. Les Films du Losange/

    Le réalisateur Wim Wenders a choisi la 3D pour rendre hommage à la grande chorégraphe allemande Pina Bausch, disparue en juin 2009. Le film intitulé Pina, tout simplement, est sorti le 6 avril sur les écrans français. Entretien avec Wim Wenders.

    RFI : Bonjour Wim Wenders. Cela devait être un film commun ?

    Wim Wenders : Oui. On a rêvé de faire ce film ensemble, Pina et moi, depuis vingt ans. Hélas, ce n’était pas dans nos cartes. Pina est morte le jour où l’on a voulu commencer les premiers tests en 3D. Et le film dont on a rêvé n’a pu se faire. J’ai d’abord annulé le film, parce que c’est un rêve de faire quelque chose avec quelqu’un d’autre, d’une façon si intime. Pina était le sujet du film. Le regard de Pina, c’était le film que je voulais faire. Le regard s’est éteint.

    RFI : C’est un film pour faire le deuil ou pour faire vivre Pina Bausch ?

    W.W. : Un peu les deux parce que, pour sa compagnie à savoir trente-six danseurs, c’était le choc complet et personne n’a pu dire au revoir à Pina, moi non plus. Ils ont perdu leur tête, ils ont perdu leur chef d’orchestre, ils ont perdu leur raison d’être. C’est un deuil long, mais faire ce travail de deuil c’était bien. En même temps, Pina voulait avec moi trouver un moyen de filmer ses pièces d’une manière valable. Elle avait envie qu’on trouve comment son travail, la danse, puisse se filmer d’une manière que les pièces soient gardées valablement. Alors c’était un travail qui avait toujours à faire, même après sa mort. C’était plutôt un travail d’hommage. Et comme Pina m’avait tellement donné, je ne pourrais pas m’imaginer ma vie sans avoir été introduit au travail de Pina. Je voulais quand même passer ce virus à d’autres gens.

    RFI : Vous aviez des habitudes ? Vous aviez des rituels ? Comment était la conversation avec Pina Bausch ?

    W.W. : Avec Pina, on était vraiment de bons amis. On n’avait pas peur l’un de l’autre. Avec Pina, contrairement à tout ce que disent tous les autres gens, j’ai surtout rigolé.

    RFI : Mais est-ce que cette amitié était liée aussi au fait que vous soyez Allemand tous les deux ou est-ce qu’elle était liée à la situation d’artiste, au rapport aux images, parce que finalement vous êtes cinéaste mais elle créait des images aussi qui étaient proches du cinéma peut-être ?

    W.W. : On peut dire cela, oui. Pina a créé des images. Elle a travaillé avec la musique d’une manière très semblable à la mienne. On avait cela en commun, la musique aussi. Mais je crois que c’est surtout qu’on est nés tous les deux, Pina pendant la guerre, moi tout de suite après, dans la même Allemagne. Cette Allemagne d’après-guerre qui nous a forcés, chacun dans son domaine, de recommencer à zéro. Pina, dans son domaine, la danse, a bien compris qu’il fallait complètement réinventer toutes les règles. Et moi, j’ai compris ça dans le cinéma. Indépendamment l’un de l’autre. On a même commencé la même année. L’année 1973, Pina a pris le ballet de la ville de Wuppertal. Cela s’appelait encore à l’époque le ballet et c’est devenu le Tanztheater quelques années plus tard. Cette année-là, j’étais dans la même petite ville de Wuppertal pour faire un film qui allait s’appeler Alice dans les villes. On a commencé dans la même ville, la même année.

    RFI : Sans le savoir ?

    W.W. : Sans le savoir, oui.

    RFI : Vous vous souvenez de la première fois que vous avez vu Pina Bausch, un de ses spectacles ?

    W.W. : Je me rappelle de cela comme si c’était hier parce que c’était un des évènements clés de ma vie. Le soir que j’ai vu Café Müller pour la première fois, c’était un choc invraisemblable. Je dois avouer que je n’avais même pas envie d’y aller. C’était à Venise, Pina donnait une rétrospective de plusieurs pièces à la Fenice. Ma copine française, qui connaissait le travail de Pina parce qu’elle l’avait déjà vue au festival de Nancy, était convaincue que je devais le voir, que c’était important. Moi, je n’avais pas envie. Je voulais plutôt me promener à Venise.

    RFI : C’est tentant aussi.

    W.W. : C’était très tentant. Je suis quand même allé. Je me suis trouvé sur le bord du siège après cinq minutes, je me suis trouvé en sanglots et après 40 minutes, j’étais convaincu que j’avais vu la chose la plus importante de ma vie.

    Je l'ai fait pour tous ceux qui n'ont jamais eu le privilège de voir une pièce de Pina.

    Ecouter l'interview intégrale avec Wim Wenders, réalisateur de « Pina », dans "Culture vive" sur RFI 08/04/2011 Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.