GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 13 Juin
Vendredi 14 Juin
Samedi 15 Juin
Dimanche 16 Juin
Aujourd'hui
Mardi 18 Juin
Mercredi 19 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Coups de marteau et menaces de mort contre « Piss Christ » d’Andres Sorrano

    media Après l'attaque du 17 avril 2011, Andres SERRANO, Immersions (Piss Christ), 1987, cibachrome Collection Lambert en Avignon. P. Daval

    « On n’a jamais vu ça », a réagi choqué le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand. Avec la destruction des œuvres Immersion, Piss Christ et The Church d’Andres Serrano montrées dans l'exposition Je crois aux miracles au musée d’art contemporain de la collection Lambert à Avignon, la menace contre la liberté de création et d’expression en France a atteint un niveau préoccupant.Selon le musée, les trois jeunes entre 18 et 25 ans qui ont saccagé dimanche 17 avril les tableaux avaient participé la veille à la manifestation intégriste pour une interdiction de l’œuvre « odieuse » à la Cité des Papes. Le parti d’extrême droite, le Front national, s’était associé à la manifestation devant le musée. Entretemps, les réactions se multiplient pour dénoncer « le harcèlement extrémiste ». Le directeur du musée a porté plainte et annonce d'ouvrir dès mardi, malgré le fait d’avoir reçu des menaces de mort.

    L’œuvre photographique Immersion, Piss Christ d’Andres Serrano montre un crucifix plongé dans un bain de sang et d’urine. Depuis l’attaque au musée d’art contemporain de la collection Lambert à Avignon, il témoigne aussi de la virulence de ses ennemis en France. Les coups de

    Réaction du ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand 18/04/2011 Écouter

    marteau, tournevis ou pic à glace ont brisé la plaque de plexiglas posée sur le tableau et ont atteint la tête du Christ au cœur de l’œuvre. Les malfaiteurs ont aussi cogné contre Sœur Jeanne-Myriam, un tableau d’une religieuse en prière qui a éclaté au niveau du sein gauche. « Les œuvres ne sont pas dégradées, elles sont détruites, constate Stéphane Ibers de la collection Lambert. Les œuvres d’Andres Serrano sont réalisées de telle sorte que dès que vous les attaquez à coups de marteau sur les surfaces, l’œuvre est détruite définitivement. »

    L’appel qui a mis le feu aux poudres

    Après l'attaque du 17 avril, Andres Serrano, The Church « The Church (Sœur Jeanne-Myriam)», 1990, Collection Lambert en Avignon. P. Daval

    Il était dimanche matin, 11 heures 30, quand un groupe de jeunes, qui avaient payé les droits d’entrée, ont pénétré dans la salle où étaient accrochées les deux œuvres. « Un gardien voulait s’interposer, il a été molesté, écarté violemment », rapporte Stéphane Ibers. Les jeunes portant des lunettes de soleil ont ensuite pris la fuite. Mais les gardiens les ont reconnus sur des photos prises lors de la manifestation de la veille pour le décrochage de l’œuvre. Immersion, Piss Christ (1987) avait déjà été attaquée, en 1997 par deux adolescents en Australie et en 2007, par des néo-nazis en Suède. Néanmoins, le tableau a été maintes fois exposé en France : en 2006, 2007 et depuis décembre 2009 dans la collection Lambert à Avignon. 

    C’est l’appel de l’archevêque d’Avignon, début avril, qui a mis le feu aux poudres. Lors d'un prêche, Monseigneur Jean-Pierre Cattenoz avait demandé à ses fidèles d’empêcher l’exposition de l’œuvre jugée blasphématoire. L’appel des associations catholiques comme l’Institut Civitas, l’Alliance générale contre le racisme et pour le respect de l’identité française et chrétienne (Agrif), Catholiques en campagne, a recueilli 35 000 signatures. L'appel a rassemblé quelque 800 manifestants samedi 16 avril devant le bâtiment du musée sous le leitmotiv : « Nous ne sommes pas le Christ qui tend l’autre joue. Nous allons chasser les marchands du temple à coups de fouet ».

    Une ferveur religieuse et un contexte électoral
     

    Après l’affaire des caricatures de Mohamet, la menace d’un intégrisme catholique ? Emmanuel Pierrat, avocat et spécialiste du droit de la censure et de liberté d’expression 18/04/2011 Écouter

    Au plein milieu des manifestants s’affichaient aussi Marie-Claude Bompard, maire de Bollène, ex-membre du FN, et Marie-Odile Rayé, conseillère régionale FN de la région Paca (Provence-Alpes-Côte d'Azur). « Depuis une vingtaine d’années on assiste systématiquement à un couplage entre l’intégrisme religieux catholique et l’extrême droite française, commente Emmanuel Pierrat, avocat et spécialiste du droit de la censure et de la liberté d’expression. Il s’avère que là, le cocktail était particulièrement détonnant et propice, parce qu’on sort des élections cantonales, dans lesquelles le Front national a atteint des scores « époustouflants » ([27 %, ndlr], et qui ont échauffé les esprits. En plus, c’était le dimanche des rameaux, une semaine avant Pâques. Donc on a, à la fois, une ferveur religieuse et un contexte électoral qui fait que le Front national a aujourd’hui le vent en poupe. Le résultat : des actes de violences et de vandalismes à l’encontre de l’art contemporain. On est prêt à en subir à nouveau. Je ne serais pas étonné si le Festival d’Avignon en matière de théâtre subisse le même type d’attaque ».

    En France, la situation de l’art contemporain a beaucoup changé ces deux denières années. Des groupes d’extrémistes se font de plus en plus entendre en réagissant par le biais de réseaux sociaux ou internet à la moindre œuvre qui pourrait heurter leur morale ou leur sensibilité. Pour Eric Mézil, directeur de la collection d’Yvon Lambert, « tout a commencé par le discours du Puy-en-Velay de Sarkozy, quand il a parlé de 'Croisade'. Pour Mézil, cité par le quotidien Libération,  une frange catholique a voulu prendre le président au mot avec des injonctions extrêmement violentes. La tension est montée par paliers ».


    Andres Serrano se revendique chrétien
     

    Les gens trouvaient l'oeuvre belle.

    Stéphane Ibars de la collection Lambert en Avignon 18/04/2011 Écouter

    Andres Serrano, l’artiste new-yorkais d’origine haïtienne, qui se revendique chrétien, avait utilisé sa propre urine pour cette œuvre. Il s’est montré « purement et simplement désolé et attristé par cette attaque qui ne correspond pas au message de son œuvre qui est un message plutôt d’amour » relate Stéphane Ibars de la collection Lambert. Le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand, a condamné une « atteinte à un principe fondamental, (...) de la liberté de création et d'expression qui s'inscrit dans le cadre de la loi », tout en reconnaissant que « l'une des deux œuvres pouvait choquer un certain public ». Cette compréhension jugée parfois maladroite n’étonne pas Emmanuel Pierrat :  « Il y a des déclarations d’hommes politiques ce week-end qui indiquaient qu’il ne s’agissait pas d’art. Ce qui prouve bien une forme d’inculture ou une forme de haine à l’encontre de ce qui n’est pas de la peinture encadrée dans de la belle dorure. Tout ce qui peut être de la performance, de la photographie ou une installation comme celle d’Andres Serrano, n’est pas compris. Et, à partir de ce moment-là, il est perçu comme un message de premier degré, comme une éventuelle provocation. »

    Menaces de mort

    Après sa journée de fermeture traditionnelle de lundi, le musée, dès demain 19 avril, montrera à nouveau les oeuvres « telles quelles, afin que le public puisse apprécier lui-même la violence des actes de barbarie perpétrés ». Néanmoins, ce lundi, l’équipe de production de la collection Lambert a reçu des menaces de mort, confirme Stéphane Ibars : « Plusieurs personnes ont appelé en disant ‘Si vous ouvrez vous êtes morts » Entretemps, avant la fermeture définitive de l’exposition le 8 mai, des élèves des lycées et des collèges font déjà la queue pour visiter Je crois aux miracles, certainement sans se faire d'llusions.
     

    Avant l'attaque du 17 avril, Andres SERRANO, Immersions (Piss Christ), 1987, cibachrome Collection Lambert en Avignon

     
    Je crois aux miracles, au musée d’art contemporain de la collection Lambert en Avignon, du 12 décembre jusqu’au 8 mai 2011.

     
    A lire aussi :
    Caricatures de Mahomet, la politique s’invite au procès, rfi, 7/02/2007
     

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.