GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Cuba dénonce l'«expulsion injustifiée» par Washington de deux de ses diplomates (ministre des Affaires étrangères)
    • Washington expulse deux diplomates cubains à l'ONU accusés d'atteinte à la sécurité nationale (département d'Etat)
    • Justin Trudeau considère «totalement inacceptable» de s'être grimé en Noir
    France

    Lynne Ramsay concocte un film d’horreur psychologique sur la famille

    media "We need to talk about Kevin" de Lynne Ramsay (2011) Independant/Festival de Cannes 2011

    Fait divers ou fatalité sociétale ? Kevin commet à l’âge de 16 ans un carnage à l’école et anéantit sa famille. We need to talk about Kevin est le nouveau film de Lynne Ramsay et concourt pour la Palme d’or. Le titre ne parle pas du film, mais de nous spectateurs. Un long métrage sous forme d’horreurs psychologiques qui nous secouent, mais laisse la question pertinente de la responsabilité du crime grande ouverte.

    Une porte entrouverte qui donne sur le jardin, un rideau qui bouge. Une foule fanatique dans la boue qui épaule une femme pour la sacrifier. Quand Eve se réveille et se lève, sa vie tremble. Des scènes oppressantes qui ouvrent le film et nous enferment dans l’histoire.  

    Lynne Ramsay narre la vie d’Eva, une femme heureuse, jusqu'à ce que l’enfant arrive. Elle sera vite débordée par son bébé et préfère le bruit des marteaux-piqueurs aux cris ininterrompus de son nouveau-né. Kevin grandit, mais il n’adresse toujours pas la parole à cette femme qu’il ne nomme jamais maman. Il reste extrêmement bizarre, navigue entre autisme et mauvaise foi. De l’autre côte, le mari et le médecin tempèrent la colère de la mère et lui font comprendre que tout est normal. Ainsi, Kevin devient le centre du monde familial, au détriment de la mère. La seule passion du petit monstre est le tir à l’arc. Il cherche sans cesse des buts et des limites. Comme il n’en trouve pas au sein de sa famille, il décoche ses flèches… et atteint son but. Après le massacre, il semble comblé, heureux, pour la première fois.

    Le film parle de la culpabilité
     

    Lynne Ramsay, réalisatrice de "We need to talk about Kevin" Independant/Festival de Cannes 2011

    Pour la réalisatrice écossaise « tout le film parle de la culpabilité ». Ramsay nous donne le vertige avec ses séquences entrecoupées. Pour elle, il s’agit d’« un film rempli d’émotions ». Lynne Ramsay nous épuise (trop ?) avec les couleurs de sang, images troublées et cauchemars répétés. Les flashbacks et la bande-son à l’esprit moqueur nous balladent entre la prison, la vie bourgeoise bien rangée d’autrefois et le calvaire de la mère après le drame. Elle, qui avait toujours souffert le plus des manipulations de son fils, se sent coupable et accepte la punition de rester vivre dans la petite ville où chaque habitant la déteste et la terrorise.

    Ce n’est pas un film d’horreur, mais un film sur la famille. Tilda Swinton excelle dans le rôle de la mère « intériorisée et très seule » qui se balade avec un regard vide, digne d’un fantôme. Le jeune comédien Ezra Miller (« J’ai vraiment peur d’avoir un peu de Kevin en moi ») réussit l’exploit d’incarner à merveille l’enfant maléfique tout en restant crédible et énigmatique. C’est Kevin, après deux ans en prison, qui a le mot de la fin sur question du pourquoi : « Avant, je le savais, maintenant je ne le sais plus. »

    Lynne Ramsay

     

    Lynne Ramsay est née à Glasgow en 1969. Elle a fait ses premiers pas à Cannes en 1996 avec Small Deaths, un court métrage couronné par le Prix du jury en compétition. Son premier long métrage débarque à Cannes en 1999 quand Ratcatcher est présenté dans Un Certain Regard, la sélection off du Festival. En 2002, l’Anglaise obtient pour Morvern Callar le Prix de la jeunesse du film étranger à Cannes.
    We need to talk about Kevin, est tiré du roman de l'Américain Lionel Shriver.

     

    Abécédaire de Cannes 2011
    Notre dossier spécial

     

    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.