GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Aujourd'hui
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    « La Source des femmes » de Radu Mihaileanu, un conte ou une vérité ?

    media Leila Bekhti dans "La source des femmes" de Radu Mihaileanu Festival de Cannes 2011

    Le réalisateur franco-roumain Radu Mihaileanu a présenté dans la compétition officielle du Festival de Cannes une fable. La Source des femmes raconte l’aventure collective de « la grève de l’amour » des femmes dans un petit village marocain. Une action destinée à forcer les hommes au lieu des femmes à prendre le chemin difficile et dangereux pour acheminer l’eau vers le village et d’aller ainsi contre la tradition et la religion prêchée depuis des millénaires.

    « Un conte ou une vérité ? » L’épitaphe et une musique orientale entretiennent au début notre soif d’aller à La Source des femmes. Les femmes y remplissent leurs seaux qu’elles portent, attelées comme de bœufs, sur leurs épaules. Avec beaucoup de mal elles gravissent la colline, une femme trébuche… et perd son bébé.

    J’ai toujours fait des films "pour", depuis que j’ai échappé à la dictature.

    Radu Mihaileanu, réalisateur franco-roumain de «La Source des femmes» 21/05/2011 Écouter

    C’est cette scène forte qui donne au film sa raison d’être. Le désarroi sera transformé en espoir et en révolution « tranquille ». Les femmes décident de proclamer « la grève de l’amour » pour couper court aux traditions qui ne font plus de sens et provoquent des fausses couches. Chacune d’entre elles a déjà connu ce drame. C’est dit au hammam, un endroit bien à elles. Radu Mihaileanu ne montre pas une histoire en noir et blanc, ils sondent les espaces de libertés des femmes dans ce village isolé : l’oued où elles lavent le linge, une cachette où elles peuvent se retrancher, les chansons tragicomiques où elles peuvent dire leurs quatre vérités et leurs rêves qui sont nourries des séries télévisées.  

    Un récit bien ficelé

    Radu Mihaileanu, réalisateur et scénariste Festival de Cannes 2011

    Comme avec son énorme succès Le Concert, le réalisateur a très bien ficelé son récit. Lui-même est juif, mais a transposé son film dans un contexte musulman. Il est né Roumain et aujourd’hui Français, mais il a tourné en darija, le dialectal marocain, pour éviter que les personnages parlent la langue d’anciens colonisateurs. Il imbrique des histoires individuelles des femmes dans le destin collectif du village et le contexte de la religion. Les propos de l’histoire sont radicaux : une femme qui lit et interprète le Coran, un homme qui bat sa femme, la fille étrangère qui n’est plus vierge et réussit un mariage d’amour avec un autre, un imam qui s’incline devant la pensée d’une femme.

    La puissance romanesque et les images colorées des villageoises pleines de vie nous charment. A la lutte juste des femmes, on adhère tout de suite et on ne lâche plus, et c’est bien ça le problème. Bien sûr, dans la tradition orientale, on ne dit pas les choses frontalement, mais dans le film les angles sont trop arrondis et affaiblissent les confrontations et la lutte que les femmes mènent à l’intérieur. Le jeu de Leila (Leila Bekhti) comme meneuse des femmes et de Loubna (Hafsia Herzi) qui rêve comme Esmeralda de l’amour innocente en périt. Seule Vieux Fusil (Biyouna), la juge de paix du village, arrive à tirer son épingle du jeu. Le cheminement intérieur des femmes ne se mérite pas, il est offert sur un plateau aux spectateurs. La Source des femmes s’écoule trop gentiment. Les pierres qui barrent la route s’écartent sans effort. A la fin, la sécheresse des cœurs est finie, l’eau revient au village, mais la source cinématographique s’est tarie.
     

    Abécédaire de Cannes 2011

    Notre dossier spécial

     

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.