GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Juin
Lundi 18 Juin
Mardi 19 Juin
Mercredi 20 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 22 Juin
Samedi 23 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Michal Rovner bâtit au Louvre des Histoires israélo-palestiniennes

    media

    Un petit bout de Palestine dans la cour Napoléon du Louvre. C’est l’œuvre de Michal Rovner, née en 1957 à Tel-Aviv en Israël. Pour son exposition Histoires, elle a investi les salles du département des Antiquités orientales du musée du Louvre consacrées à la Syrie, à la Jordanie et à la Palestine, ainsi que les fossés médiévaux. L’artiste israélienne y présente deux temples, l’un en ruine, l’autre bâti.

    C’est une artiste très importante.
    Marie-Laure Bernadac, commissaire de l'exposition "Michal Rovner: Histoires" 10/10/2013 - par Muriel Maalouf Écouter

    « J'ai réuni des pierres dans les ruines de maisons détruites, explique l’artiste Michal Rovner. Ces pierres viennent de périodes différentes et de lieux différents. Ce sont de vraies pierres de vraies maisons où les gens ont habité longtemps en proie aux tensions et à la violence. Je voulais donc construire une pierre: la sculpture dans une époque et un lieu déterminés pour faire le contrepoint avec ces pierres venues d'autres périodes et lieux. Et j'ai voulu réaliser ce travail avec une équipe composée d'israéliens et de palestiniens. »

    Une archéologie du présent

    Comment expliquer ce travail ? Marie-Laure Bernadac est la commissaire de l’exposition Histoires au musée du Louvre : « Toutes ces pierres de maisons détruites, elle les a rassemblées pour les faire reconstruire au Louvre. Donc, à la manière d’une archéologie du présent, on ramasse des vestiges de ruines. Elle les a fait venir pour les reconstruire avec une équipe de maçons israéliens et palestiniens. Cela fait vraiment partie du travail, puisque pour elle, cette collaboration pacifique, cette construction artistique, cette construction si réelle d’une maison, d’un Makom [« espace » en hébreu], d’un espace fait avec toutes ces pierres qui sont des symboles de ruines et destructions, mais qui – reconstruites- sont évidemment un symbole d’espoir, fait partie de son processus de travail. »

    Michal Rovner, portrait devant le Makom IV, Israël 2011. Yaron Eini/Michal Rovner/Adagp/Ars 2011
    La réalité israélo-palestinienne à travers la construction

    Ces édifices sont construits par des maçons d’origines et de confessions différentes avec des pierres collectées dans les décombres des maisons de Jaffa, Gaza, Jérusalem, Bethléem. « Je travaille avec une artiste israélienne par l'intermédiaire d'une entreprise israélienne avec laquelle je collabore depuis plusieurs années, explique ce maçon arabe palestinien qui participe au projet. L'artiste exprime son point de vue au sujet de la réalité israélo-palestinienne à travers la construction. Elle parle ainsi de notre vécu et de notre vie. Aucun Israélien ne peut nier les crimes de l'occupation. La vie des Palestiniens est amère. Nos maisons sont détruites, anéanties par la progression de la colonisation. C'est un travail coûteux que de reconstruire ainsi cette sculpture ici au Louvre avec ces pierres récoltées dans les ruines de nos maisons. C'est une œuvre empreinte d'un message qui pourrait atteindre ou pas le public. En tout cas, Dieu merci, il y a des personnes qui sont soucieuses de préserver de la sorte ce patrimoine de notre civilisation. On ne peut pas nier que ce sont des pierres palestiniennes. L'artiste israélienne l'a d'ailleurs écrit sur son installation. »

    Je suis un maçon juif palestinien

    Un travail complexe sur les thèmes de l’archéologie, de la mémoire et du territoire. « Vous savez, je suis aussi palestinien, souligne ce maçon juif palestinien qui collabore également à l’œuvre de Michal Rovner. Je suis né en Palestine mais je suis juif. Donc je suis un juif palestinien, c'est mon identité. Cette sculpture, nous l'avons construite il y a 4 ans. C'était à New York. Et l'autre, nous y avons travaillé l'année dernière. Les pierres blanches viennent de toute la Cisjordanie, Jérusalem, Haïfa, la Galilée. Ces autres pierres viennent de la région du Golan. »
     

    Michal Rovner, "Makom II et Makom IV, le montage des oeuvres au musée du Louvres, 2011" Yaron Eini/Michal Rovner/Adagp/Ars 2011

    Mercredi 22 juin à 20h: Faces à faces. Une discussion entre l'artiste israélienne Michal Rovner et le philosophe palestinien Sari Nusseibeh, doyen de l’université Al-Qods à Jérusalem-Est, à l'occasion de l'exposition d'art contemporain Histoires. L’occasion de revenir sur l’importance et la signification des lieux et des sites dans le travail de Michal Rovner, sur le poids de l’histoire et de ses répétitions, sur la persévérance de l’art et de la culture malgré les guerres.

     Michal Rovner : Histoires, jusqu'au 15 août au Musée du Louvre.
     
     

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.