GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 20 Décembre
Vendredi 21 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Le déclic Twitter dans l’affaire DSK

    media

    Les médias en sont encore au stade des interrogations quant à la position de la défense dans le cadre de l’affaire DSK. En revanche, en ce qui concerne la couverture médiatique de l’événement, pas de supposition possible, Twitter plaide gagnant. Comment cet outil de communication a-t-il su profiter de cette affaire ?

    On peut dire que l’affaire DSK a lancé Twitter dans les rédactions et pour le grand public. De nouveau, mais cette fois aux yeux de tous, c’est sur Twitter que l’information était diffusée en premier. Pour une raison très simple dans le cas DSK : aucun autre média n’avait le droit de cité dans le tribunal.

    Ainsi, quand Dominique Strauss-Kahn s’est retrouvé devant le juge après son arrestation, les caméras présentes dans le tribunal tournaient mais elles ne retransmettaient pas l'audition en direct. Les présentateurs des télévisions étaient dehors dans la rue ou sur leur plateau télé, mais sans image, les radios sans un seul son... En revanche, sur Twitter, c’était l’effervescence.

    Quelques journalistes étaient dans la salle et relataient au plus près les questions du juge et les réponses des avocats. Ils décrivaient l’ambiance générale dans le tribunal, l’attitude de DSK… Ils twittaient en direct sur un événement que toutes les télés et les  radios souhaitaient couvrir.
     
    Aujourd’hui encore, on sait que dans la salle, seul Twitter pourra rendre compte du nouvel épisode cette affaire qui connaît une audience record. Les consignes de la police de New York aux journalistes sont d'ailleurs très claires : « les portables sur vos genoux, rien en l'air, pas de photos », « if the cellphones are in the air, they belong to us » (si vos portables sont en l'air, il sont à nous) soulignent encore les policiers. Au moment où le CSA interdit, pour des raisons publicitaires, aux médias français de prononcer les mots Twitter et Facebook, il sera difficile de ne pas prononcer le nom de l’outil de mise en ligne aux 140 signes lorsque DSK entrera dans le tribunal.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.