GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 13 Août
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Aujourd'hui
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Vers un durcissement des peines de prison en France

    media Prison de la Santé à Paris. Getty Images

    C'est ce mardi 7 juin 2011 que le député UMP des Alpes-Maritimes, Eric Ciotti, doit remettre au président de la République un rapport visant à « redonner du sens à la sanction pénale ». Dévoilées dès hier par Le Figaro, ces cinquante mesures visent très clairement à renforcer l'exécution des peines de prison en France.

    Selon Eric Ciotti, les Français ne comprennent pas pourquoi 80 000 personnes condamnées ne sont toujours pas emprisonnées. Et encore moins pourquoi les détenus les plus dangereux sortent souvent de prison à mi-parcours...

    Le député des Alpes-Maritimes préconise donc de revenir en urgence sur les aménagements de peine, mis en place pour désengorger les établissements pénitentiaires. Aux yeux d'Eric Ciotti, seules les personnes condamnées à un an d'emprisonnement au plus et s'étant présentées au tribunal devraient bénéficier de cette faveur.

    Confier les mineurs récidivistes à des militaires

    En ce qui concerne les réductions de peine, Eric Ciotti imagine tout simplement de les supprimer. Actuellement, tout détenu voit sa peine diminuer au fil du temps, de trois mois la première année, puis de deux mois toutes les années suivantes. C'est ce qui explique par exemple qu'un condamné à perpétuité ne purge en réalité que 18 à 22 ans de réclusion en moyenne.

    Pour tous les détenus, le député UMP propose d'instaurer au contraire une « période de placement sous main de justice », autrement dit une période de détention intangible, extrêmement encadrée. Enfin, l'Etat pourrait confier les mineurs récidivistes à des militaires chargés de leur faire accomplir une sorte de service civique, utile à la société.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.