GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Octobre
Dimanche 15 Octobre
Lundi 16 Octobre
Mardi 17 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France : Eva Joly crée une polémique sur le 14-Juillet

    media

    La candidate d'Europe Ecologie-Les Verts, Eva Joly, a déclaré qu’elle souhaiterait supprimer le défilé militaire du 14 juillet et le remplacer par un défilé citoyen. Cette proposition ne fait pas du tout l'unanimité dans la classe politique.

    Il n'aura pas fallu attendre longtemps pour que la nouvelle candidate écologiste, désignée le 12 juillet, provoque une polémique. En déclarant le 14 juillet, jour de la fête nationale, qu'elle était favorable à la suppression du traditionnel défilé militaire, au prétexte que « ce n’est pas des valeurs que nous portons (…) ça correspond à une autre période », et en proposant de le remplacer par un défilé citoyen « où nous verrions les enfants des écoles, où nous verrions les étudiants, où nous verrions aussi les séniors défiler dans le bonheur d’être ensemble, de fêter les valeurs qui nous réunissent », Eva Joly a mis les pieds dans le plat.

    Il est vrai que c'est un peu sa marque de fabrique. Mais là, elle a choisi un sujet et un moment particulièrement sensibles. Après l'annonce du décès de six soldats en deux jours en Afghanistan, le défilé représentait, en effet, cette année plus encore qu'à l'habitude, un hommage rendu par la Nation à tous ceux qui se battent pour la France. Dans ce contexte, la déclaration inattendue d’Eva Joly a été perçue comme une provocation. Et elle a suscité, forcément, des réactions immédiates.

    Gauche et droite désapprouvent

    A droite, bien sûr, le secrétaire d'Etat aux anciens combattants, Marc Laffineur s'est dit « scandalisé et choqué ». Il a ajouté : « Je crois que c’est indigne de faire des propositions comme cela et de ne pas reconnaître le travail considérable que fait l’armée pour la France ». Le conseiller de Nicolas Sarkozy, Henri Guaino, a lui aussi fait part de son indignation en déclarant : « Je trouve cela pathétique…dire ce qu’elle a dit, c’est pour moi profondément une insulte à tous ceux qui depuis des siècles meurent pour ce pays, pour ses valeurs, pour sa liberté ».

    Mais à gauche aussi, la proposition d’Eva Joly n’a pas obtenu de soutien. Elle a même plutôt provoqué un certain embarras chez les socialistes, qui ont pourtant vocation à faire alliance avec les écologistes lors des prochaines échéances électorales. L’ancien Premier ministre socialiste, Laurent Fabius, a jugé utile de faire part de son attachement au défilé militaire du 14-Juillet et a estimé : « Nous avons besoin d’une défense nationale et que nos militaires agissent pour nous (…) c’est une chose utile ».

    Ségolène Royal a, quant elle, affirmé que c'était « une très mauvaise idée... de remettre en cause nos traditions ». Pour la présidente de la région Poitou-Charentes, candidate à la primaire socialiste, « le 14 juillet, c’est notre fête nationale, c’est la fête de la République, de nos trois valeurs, la liberté, l’égalité, la fraternité et n’oublions jamais (…) que si nous sommes un peuple libre, c’est parce que justement des hommes et des femmes ont donné leur vie pour que nous le soyons ».

    Marine Le Pen s’engouffre dans la brèche

    Sans parler de Marine Le Pen qui a profité de l'aubaine pour s'indigner de cette proposition et remettre en cause la légitimité de la candidate d’Europe Ecologie-Les Verts à intervenir dans le débat politique. « Ces propos sont absolument consternants, ça démontre que Mme Joly ne comprend strictement rien au lien extrêmement profond qui existe entre le peuple français et son armée ».

    Mais surtout, la présidente du Front national, a mis cette déclaration sur le compte de l'acquisition tardive de la nationalité française par une candidate d'origine norvégienne. Peut-être pour lancer une autre polémique qui pourrait lui être profitable dans le cadre de la campagne pour la présidentielle.

    ____________________________________________________________

    En déplacement dans la capitale ivoirienne pour relancer les relations économiques entre Paris et Abidjan, le Premier ministre français François Fillon a, lui aussi, dénoncé vendredi 15 juillet la proposition d’Eva Joly. « Je réagis avec tristesse. Je pense que cette dame n'a pas une culture très ancienne des traditions françaises, des valeurs françaises, de l'histoire française », a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse. « Je pense qu'il y a bien peu de Français qui partagent l'avis de Mme Joly […]. Les forces armées françaises concourent au bon fonctionnement de la démocratie dans notre pays et c'est normal de leur rendre hommage », a-t-il ajouté.

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.