GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
Aujourd'hui
Lundi 26 Août
Mardi 27 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    France : des malfaçons dans le gros œuvre du futur réacteur EPR de Flamanville

    media Le chantier de Flamanville, vu de Siouville-Hague en avril 2008. Wikipédia

    L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a relevé ces derniers mois diverses malfaçons dans le gros œuvre du futur réacteur EPR de Flamanville, de nature, pour certaines, à « porter préjudice à la qualité finale des structures ». Les inspecteurs de l'ASN ont relevé des trous dans des piliers en béton ou des défauts dans les parois de piscines destinées à recevoir le combustible nucléaire irradié. Une affaire - révélée par le journal Le Canard enchaîné ce mercredi 31 août - qui tombe mal à l'heure où le gouvernement communique sur la fiabilité de ces installations.

    Le gendarme du nucléaire, l'ASN (Autorité de sûreté nucléaire) a adressé à EDF, l'exploitant du futur réacteur EPR de Flamanville, plusieurs courriers ces derniers mois qui mettent en cause la qualité de la construction de plusieurs parties vitales de ce nouveau réacteur nucléaire de troisième génération.

    L'ASN a constaté des malfaçons, dans le gros œuvre, de nature à porter préjudice à la qualité finale des structures et donc à la sécurité du réacteur.

    Dans des zones sensibles comme les parois des piscines destinées à recevoir le combustible nucléaire irradié, l'ASN a observé des trous dans le béton, des piliers percés ou remplis de nids de cailloux, c'est-à-dire remplies de pierres et presque dépourvus de ciments.

    Bref, de graves défauts qui soulèvent de nombreuses interrogations quand à la qualité des techniques de bétonnage mis en œuvre par le constructeur Bouygues et concernant les parties déjà construites qui ne peuvent pas faire l'objet d'un examen visuel extérieur.

    Un chantier estimé pour l'instant à six milliards d'euros, qui devrait être terminé en 2016 et qui sera, au dire des promoteurs, le réacteur le plus sûr du monde.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.