GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 20 Novembre
Mercredi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Procès des emplois fictifs: Jacques Chirac probablement absent en raison de son état de santé

    media

    Les avocats de l'ancien président de la République Jacques Chirac ont annoncé, ce samedi 3 septembre 2011, qu'en raison de son état de santé, il ne pourra pas assister à son procès sur les emplois présumés fictifs de la ville de Paris qui s'ouvre lundi prochain. Il a donc demandé que ses avocats puissent le représenter dans une lettre envoyée au tribunal. Depuis la fin de son mandat présidentiel en 2007, Jacques Chirac apparaît en effet de plus en plus diminué.

    Alors que le procès de Jacques Chirac dans l’affaire des emplois présumés fictifs à la ville de Paris s’ouvre lundi 5 septembre, ses avocats viennent d’annoncer que l’ancien président, qui aura 79 ans en novembre, ne pourra pas y assister en raison de son état de santé. Une demi-surprise. Lundi 29 août, l’un de ses avocats avait en effet déjà annoncé que Jacques Chirac ne se rendrait pas à la première audience, consacrée à des questions de procédure, mais qu’il serait là dès le deuxième jour. Dans la lettre envoyée au tribunal vendredi 2 septembre, l’ancien président a demandé que ses avocats puissent le représenter.

    Jacques Chirac doit répondre dans ce procès de faits datant du début des années 1990 lorsqu’il était maire de Paris. Il est soupçonné d’avoir permis que des personnes travaillant essentiellement pour le parti qu’il dirigeait (le RPR, Rassemblement pour la République, « ancêtre » de l’UMP, Union pour un mouvement populaire) soient rémunérées par la mairie de Paris. Un volet de l’affaire, instruit à Nanterre (région parisienne), porte sur sept emplois ; le second, instruit à Paris, en concerne 21. Le procès, initialement prévu en mars, avait été ajourné à cause d'une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) soulevée par la défense. La cour de cassation avait rejeté cette QPC en mai, permettant de reprogrammer les débats.

    L’ancien président s’est toujours défendu de l’existence d’un « système organisé », affirmant que les recrutements mis en cause étaient « légitimes » et « utiles à la ville de Paris ». Après un accord d’indemnisation conclu avec l’UMP et Jacques Chirac en 2010, la ville de Paris a finalement renoncé à se porter partie civile. C’est désormais l’association anticorruption Anticor et quelques particuliers qui vont devoir porter la contradiction face à la défense.

    Christian Jacob Président du groupe UMP à l'Assemblée nationale 10/10/2013 - par RFI Écouter

    Face aux accusations portées contre lui, Jacques Chirac a toujours affirmé qu’il assumerait ses responsabilités et qu’il souhaitait que ce procès ait lieu et aille à son terme, affirment ses avocats. Mais selon une source proche du dossier, le désir de l’ancien président d’être jugé comme tout citoyen est incompatible avec son état de santé. « Il n’est plus en mesure de se défendre, et il ne supporte pas l’idée qu’on le dise », soutient la source en question.

    Un état de santé jugé inquiétant

    L’ancien président tente pourtant de faire bonne figure en poursuivant ses apparitions publiques, ici au Salon de l’Agriculture à Paris, là à la terrasse d’un restaurant en Bretagne, se mêlant volontiers au bain de foule. Cet été, en vacances à Saint-Tropez, il a ainsi passé plus d’une heure à signer des autographes et à poser avec des touristes sur le port, apparemment ravi. Mais les médias le montrent fatigué, diminué, la démarche hésitante, posant la main sur l’épaule de ceux qui l’accompagnent comme pour s’y appuyer. En juin dernier, lorsqu'il déclare qu'il votera François Hollande à l'élection présidentielle 2012, on le présente presque gâteux. Et les spéculations vont bon train. Fin janvier 2011, le Journal du dimanche a ainsi écrit que Jacques Chirac était atteint de la maladie d’Alzheimer. Une information aussitôt démentie par son épouse Bernadette qui avait déclaré : « Les médecins lui ont dit qu’ils n’avaient pas la maladie d’Alzheimer. Je les crois. Si mon mari souffrait de cette maladie, je n’hésiterais pas à le dire ».

    Alzheimer ou pas, depuis sa retraite présidentielle en 2007 après deux mandats à la tête de l’Etat français, Jacques Chirac décline. Son épouse elle-même le reconnaît. « Il n’est plus exactement ce qu’il a été », concède-t-elle, parlant de « troubles dont on ne sait pas s’ils sont liés à un effet à distance de son petit accident vasculaire cérébral ou au processus normal de vieillissement ». Ses visiteurs, sous couvert d’anonymat, évoquent des « absences », des « pertes de mémoire », confient qu’il « lui arrive de ne pas reconnaître les gens, même des proches ».

    Dans ce procès, Jacques Chirac encourt en théorie dix ans de prison et 150 000 euros d’amende. Mais le parquet, qui avait requis un non-lieu pendant l’instruction, devrait logiquement demander sa relaxe.

    C'est la première fois qu'on a un avis médical qui montre que peut-être la totalité du procès est trop lourde pour le président Chirac....Moi qui l'approche régulièrement, y a une chose qui est sûre, c'est qu'il n'entend pas très bien.
    Réaction de Renaud Muselier, invité de la mi-journée sur RFI ce samedi 3 septembre 10/10/2013 - par Caroline Paré Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.