GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    «Nous souhaitons que les autorités iraniennes se montrent transparentes dans ce dossier et agissent sans délai pour mettre fin à cette situation inacceptable», a déclaré Agnès Von Der Mühll, porte-parole du Quai d'Orsay, lors d'un point de presse électronique ce mercredi après la révélation dans la presse de cette arrestation, survenue en juin dernier. Roland Marchal, chercheur à l'Institut d'études politiques, est un collègue de Fariba Adelkhah, une Franco-Iranienne directrice de recherche au centre de recherches internationales de Sciences Po à Paris. Tous deux devaient se retrouver en Iran et ont été arrêtés au printemps par les Gardiens de la révolution islamique, lesquels évoquent des soupçons d'espionnage.

    France

    Les enseignants français en grève pour défendre l'éducation

    media Les enseignants du public et du privé ont manifesté ensemble à Paris le mardi 27 septembre 2011. Reuters/Charles Platiau

    L'Education nationale était en grève ce mardi 27 septembre 2011 et, fait exceptionnel, le secteur privé participait au mouvement. La mobilisation des enseignants pourrait atteindre des records car les raisons de la colère sont nombreuses : suppressions de postes, dégradation des conditions d’enseignement, restrictions budgétaires. Le tout dans un contexte d'augmentation des effectifs des élèves. Reportage dans un lycée de banlieue parisienne.

    Drancy, devant le lycée Eugène-Delacroix, onze heures du matin ; Juline et Christina sont assises devant la grille du lycée. Leur cours est annulé car leur professeur est occupé à établir les emplois du temps. Cet établissement est un très grand lycée de la banlieue nord-est de Paris. Et cet énorme lycée accumule, en cette rentrée scolaire 2011, toutes les difficultés.

    Qui dit énorme lycée dit brassage démesuré d’élèves aussi bien dans les filières générales que techniques. Christina, Julie, Tressy, en mini-jupe et baskets, sont en seconde et terminale. Elles font part de leur inquiétude. « Les emplois du temps sont mal faits, on a 4 heures de permanence et 3 heures de cours. C’est inadmissible, on ne peut pas se permettre de perdre du temps, nous avons le bac à la fin de l’année ».

    La rentrée des classes a d’ailleurs été retardée d'une semaine dans ce lycée de Seine-Saint-Denis. Officiellement, un bug informatique a empêché la préparation des emplois du temps. Mais pour les enseignants il s’agit en fait d’un manque de temps et de moyens.

    A qui la faute ?
     

    L'effort à faire pour redresser notre système éducatif, pour redonner des perspectives à la jeunesse, est central.

    Jean-Marc Ayrault

    Président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale

    28/09/2011 Écouter

    Les 14 000 suppressions de postes pèsent de manière évidente sur l’organisation de la rentrée. On a le sentiment qu'il faut faire appliquer coûte que coûte les réformes, or les enseignants n'ont pas les moyens de suivre la cadence. Par exemple, les élèves en classe de première ont droit à deux heures d'aide spécialisée mais les professeurs n’ont pas le temps de mener une réflexion collective sur ces enseignements. Le plus souvent, les enseignants sont accaparés par d'autres problèmes, souvent matériels, si l'on en croit leurs témoignages.

    Un lycée « obèse »
     
    Et dans un établissement plein à craquer comme ce lycée Eugène-Delacroix, classé en zone sensible, dans le 93, les difficultés sont décuplées.

    Vincent est professeur de français. « On se heurte à un problème de gabarit du lycée, sa taille est critique mais cela fait partie de la politique de suppressions de postes. Plutôt que d’ouvrir un autre lycée, on surcharge celui-ci, sauf qu’il est en train de devenir obèse, ce qui pose des problèmes d’organisation et de sécurité ».

    Le lycée est donc en sureffectifs et ce sont les élèves les plus en difficultés qui en pâtissent. Agnès enseigne l'histoire-géographie. « Notre lycée est classé en zone sensible et de ce fait, nous avons bénéficié d’un avantage : il n’y avait pas plus de 30 élèves par classe. Aujourd’hui, on fait cours devant 35 élèves. Les bons élèves tirent leur épingle du jeu mais nous avons parfois des élèves qui viennent de BEP et qui souhaitent passer un bac général. Ils connaissent parfois des difficultés mais on ne peut pas s’occuper de 35 élèves à la fois ».

    Le mouvement de grève pourrait mobiliser un nombre record d'enseignants
     
    Les Français sont inquiets, ils pensent vraiment que l'école est en danger.

    Les sacrifices doivent être consentis par tous, dès lors qu'on est sous contrat.

    Hervé Novelli

    Député UMP

    28/09/2011 Écouter

    De leur côté, les enseignants disent ne plus avoir les moyens d'exercer leur mission. Des dizaines de milliers de postes sont supprimés, des centaines de classes ferment et les nouveaux enseignants ne bénéficient plus de formation. On demande aux professeurs d'être performants, et puis surtout ils ne se sentent pas écoutés.

    Rodolphe est professeur d'anglais au lycée Eugène-Delacroix. Pour lui, l'école républicaine est en train de mourir. « On tombe dans la théorie du complot : est-ce qu’on veut mettre à mal l’école publique afin de favoriser l’école privée ? Avec les suppressions de postes, on se rend compte que dans certains lycées, il n’y a pas, par exemple, de professeur de SVT (sciences et vie de la terre). Alors on oriente les élèves vers le centre d’enseignement à distance. C’est hallucinant. Cette remise en cause de l’école publique me fait peur ».

    Les enseignants du lycée Eugène-Delacroix sont descendus dans la rue le 27 septembre 2011 pour manifester.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.