GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Affaire Karachi: Takieddine met en cause Dominique de Villepin

    media L'homme d'affaires Ziad Takieddine lors de son arrivée au pôle financier du tribunal de Paris le 5 octobre 2011. REUTERS/Gonzalo Fuentes

    Après avoir été entendu hier mercredi 5 octobre 2011, par le juge Renaud Van Ruymbeke sur son action dans le contrat Sawari II avec l'Arabie Saoudite, l'homme d'affaires Ziad Takieddine, acteur clé d'une affaire de corruption présumée lors de la campagne présidentielle de 1995, a mis en cause ce matin, l’ancien Premier ministre Dominique de Villepin. Il évoque notamment un complot visant Nicolas Sarkozy et évoque aussi des ressemblances avec l’affaire Clearstream.

    Celui qui doit répondre de ses actes sur l'ensemble du dossier depuis 1996, il s'appelle Dominique de Villepin

    Ziad Takieddine 06/10/2011 Écouter

    Ziad Takieddine accuse : l'affaire Karachi, dit-il, c'est un complot contre le président de la République, un complot derrière lequel se cache Dominique de Villepin. Et l'homme d'affaires franco-libanais met en cause « les mêmes acteurs que dans le dossier Clearstream ». Evitant de préciser que dans l'affaire Clearstream, justement, Dominique de Villepin a été définitivement blanchi.

    Joint au téléphone par RFI, Olivier d'Antin, l'avocat de Dominique de Villepin, rétorque « qu'il ne s'agit que d'un contre-feu en forme de poudre aux yeux, ajoutant que, lorsque l’on est dans la nasse judiciaire jusqu'au cou on essaye de faire diversion ».

    En effet, Ziad Takieddine, mis en examen le mois dernier pour complicité et recel d'abus de biens sociaux, est soupçonné d'avoir organisé le détournement d'une partie des commissions versées en marge de deux ventes d'armes au Pakistan et à l'Arabie Saoudite pour financer la campagne d'Edouard Balladur. Deux proches du président Sarkozy, Thierry Gaubert et Nicolas Bazire, ont été également inculpés dans cette affaire. Soupçonnés pour l'un d'avoir été chercher des valises de billets en Suisse avec Ziad Takieddine, et pour l'autre, de les avoir réceptionnées.

    Entendu longuement hier par le juge Renaud Van Ruymbeke, Ziad Takieddine s'est une nouvelle fois défendu d'avoir été impliqué dans un circuit de rétrocommissions. Pour mieux se dédouaner, il rejette toutes les responsabilités sur un autre, sans pourtant apporter le début d'une preuve.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.