GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Aujourd'hui
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    La FIAC, royaume des idées et supermarché de l’art

    media "History Painting" (Londres, 8 août 2011) de Marc Quinn, exposé à la FIAC à la galerieThaddaeus Ropac Siegfried Forster / RFI

    Ce mercredi 19 octobre, la FIAC a ouvert ses portes au Grand Palais à Paris. Jusqu’au dimanche 23, la Foire international d’art contemporain accueille 168 galeries de 21 pays. Une 38e édition très contemporaine. Lors de l’ouverture, les collectionneurs se ruaient vers les œuvres, montrant ainsi que –malgré la crise de plus en plus généralisée- le marché de l’art possède une santé d’enfer.

    La FIAC, c’est moins cher et plus rapide que l’Eurostar pour aller à Londres. Vous poussez la porte du Grand Palais et vous êtes dans la galerie londonienne White Cube. Après, cela se gâte un peu : il faut dépenser 86 000 euros pour obtenir la Perfect Time, l’horaire exact, de Darren Almond, une installation avec soixante horloges murales, ou même 1,95 million d’euros pour acquérir l’« aquarium » mural des poissons morts de Damien Hirst qui se questionnait déjà en 1993 : Where Will it End ?.

    Le luxe de regarder

    Asnería, œuvre de Pilar Albarracin, exposée dans la FIAC à la galerie Georges-Philippe et Nathalie Vallois Siegfried Forster / RFI

    La FIAC, c’est pour certains la plus belle exposition en France ; pour d’autres c’est le plus grand supermarché de l’art où la plupart des gens se paient le luxe de regarder des choses qu’ils ne peuvent jamais s’offrir. La présence des œuvres n’a qu’un seul but : être vendue, mais curieusement il n’y a aucun prix à côté, il faut toujours (gentiment) demander.

    La galerie sud-africaine Goodman Gallery présente Ponte, un extrait de 96 photos du marathon photographique de Mikhael Subotzky et Patrick Waterhouse. Ils ont visité tous les appartements d’un gratte-ciel de 53 étages à Johannesburg ! Prix de l’œuvre : 60 000 euros. Sinon, malgré les promesses de la FIAC les années précédentes, il n’y a plus aucune trace de l’art africain à l’horizon. Et le printemps de l’art arabe n’a pas droit de cité sous la coupole du Grand Palais. La ligne « stylistique » ou « artistique » de la FIAC 2011 ? Il y a énormément des œuvres très récentes et inédites à admirer.

    Les émeutiers et les moines
     

    "New Study of Possibilities" (2011) de Loris Gréaud, exposé dans la FIAC à la Galerie Pace London Siegfried Forster / RFI
    Valentina Volchkova, directrice de la galerie « Pace London » 20/10/2011 Écouter

    Il y a par exemple l’History Painting de Marc Quinn qui avait fait son entrée parmi les « Young British Artists » dans les années 1990. Avec virtuosité, l’artiste dépeint une scène brûlante des émeutes du 8 août 2011 à Londres. L’iconographie de cette peinture « photographique » repose sur un rapprochement du « look » des émeutiers avec les habits traditionnels de moines. « C’est une référence à une sculpture avec une capuche que l’artiste a réalisé en 2010, explique Arne Ehman, directeur de la Galerie Thaddaeus Ropac à Salzbourg. C’était la représentation contemporaine d’un moine. L’apparence monacale d’un jeune. Prix : 184 000 euros.

    Loris Gréaud a construit un véritable théâtre pour nous présenter sa nouvelle étude des possibilités. New Study of Possibilities (2011) marque les esprits avec la radicalité de sa démarche, l’ambiguïté des supports utilisés et l’imposante mise en scène d’une idée existentielle. L’artiste de 32 ans a brûlé toutes ses épreuves d’artistes et avec le charbon obtenu, il a recouvert des sièges et un projecteur de cinéma. « Le film représente le film de la pellicule qui est en train de brûler à l’intérieur du projecteur, fait savoir Valentina Volchkova, directrice de la galerie Pace London. C’est une étude pour une œuvre monumentale sous la pyramide du Louvre en 2013. »

    Mystérieux
     

    Shelter (The Center) (2011) du Chilien Ivan Navarro, exposé dans la FIAC à la Galerie Daniel Templon Siegfried Forster / RFI
    Daniel Templon, galeriste à Paris. 20/10/2011 Écouter

    Le Chilien Ivan Navarro nous met au centre de son œuvre Shelter (The Center) (2011). Au lieu de regarder un miroir, on a l’impression de regarder dans un tunnel sans fin. « C’est une perspective illusionniste, explique Daniel Templon de la galerie du même nom. C’est la particularité de l’œuvre de Navarro de donner à voir ce qui serait au fond d’un trou, d’une ouverture. C’est mystérieux. »

    L’artiste conceptuel Darren Lago a trouvé une idée géniale pour se faire rembourser ses tickets de métro. Pendant son séjour à Paris, le jeune Britannique a collectionné les titres de transport et les a ensuite alignés sous plexiglas. « C’est joli, mais sérieux » explique David Juda de la galerie londonienne Annely Juda Fine Art qui vient depuis 30 ans à la FIAC. De loin, les tickets apparaissent comme une œuvre abstraite, de près, chaque trajet renaît sous nos yeux. Le prix de son œuvre Lines To and Fro (2011) : 7 400 euros (pour 576 tickets).

    Anish Kapoor revient au Grand Palais

    L’artiste plasticien Bertrand Lavier allume en 2011 une grande étoile rouge City 2 en néon. Hrafnkell Sigurdsson a fabriqué un étonnant retable sous forme de triptyque photographique pour nous rafraîchir la mémoire avec le volcan islandais Eyjafjallajokull (2010) qui était en éruption. La superstar indienne Anish Kapoor qui avait investi le Grand Palais toute seule avec son Leviathan en mai et juin, est cette fois-ci revenue avec un modeste miroir concave en fibre de verre (sans titre, 2011). Michelangelo Pistoletto nous présente Two Less One (2011), deux miroirs dont un brisé dans des cadres dorés. Sarkis a fabriqué 19 Monocycles des années zéro (2011) avec des plumes et du vernis. Et l’Allemand Jonathan Meese nous surprend en 2011 avec une peinture lumineuse et des couleurs à la Matisse.

    Et le marché dans tout ça ?

    "Paroles d'expert" de Ernest T., exposé dans la FIAC à la galerie Gabrielle Maubrie Siegfried Forster / RFI

    « C’est avec une certaine gêne que je constate que le marché de l’art se tient bien » a confié la commissaire générale Jennifer Flay à RFI. Naturellement les prix sont justifié, a-t-elle aussitôt ajouté, parce que l’art contemporain « incarne aussi des valeurs spirituels, poétiques, c’est le royaume des idées ». Depuis qu’elle a pris les commandes en 2004, l’ex-galeriste néo-zélandaise est devenue la coqueluche de la FIAC. Elle a redressé le salon et l’a hissé parmi les meilleurs du monde.

    Cette année, avec la rénovation de la cour Carrée du Louvre, la FIAC a perdu son deuxième site. Tant pis, la directrice artistique a encore resserré la sélection. « C’est triste pour les galeries qui n’ont pas été accepté, se défend le galeriste Daniel Templon, mais c’est finalement mieux pour la qualité et l’image de la FIAC d’avoir concentré dans le même lieu, le Grand Palais, toutes les galeries. » Une explication qui laisse beaucoup de galeristes sur leur faim. Quelques uns se rebiffent même contre une soi-disant « préférence internationale » et de plus en plus d’« exclus » organisent des foires « off »* à Paris. Quant à Jennifer Flay, avec 32 % de galeries françaises et 75 % européennes sur 168 galeries admises, elle revendique pour la FIAC d’être « la plus nationale et la plus européenne de toutes les foires en Europe ».

    Les allées de la FIAC lors de l'ouverture mercredi 19 octobre au Grand Palais. Siegfried Forster / RFI
    Jennifer Flay, commissaire générale de la FIAC 20/10/2011 Écouter

    * La FIAC et les foires « off »

    -         Art Elysée, du 20 au 23 octobre
    -         Chic Art Fair, du 21 au 23 octobre
    -         Cutlog, du 20 au 23 octobre
    -         Salon Zürcher, du 20 au 23 octobre
    -         Show Off, du 20 au 23 octobre
    -         Slick 11, du 20 au 23 octobre
    -         85/87, rue du Faubourg-Saint-Martin, du 20au 23 octobre

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.