GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 18 Novembre
Dimanche 19 Novembre
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 23 Novembre
Vendredi 24 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Des scientifiques français touchent du doigt le secret de la jeunesse éternelle

    media Jean Marc Lemaitre, chargé de recherches Inserm à l'Institut de génomique fonctionnelle. INSERM/Patrice Latron

    Repousser des ans l’outrage, ce vieux rêve de l’Humanité semble un peu moins inaccessible. Des chercheurs français sont en effet parvenus à rajeunir des cellules d’individus très âgés, certains ayant dépassé le siècle, en les reprogrammant au stade de cellules souches, faisant ainsi la démonstration que le processus du vieillissement peut s’inverser.

    L’équipe de l’Institut de génomique fonctionnelle (Inserm/CNRS/université de Montpellier) vient de franchir une nouvelle étape vers la médecine régénérative pour corriger une pathologie explique son directeur, Jean-Marc Lemaitre. Les travaux qu’il a menés ouvrent la possibilité d’effacer les marques pathologiques du vieillissement des cellules et d’en comprendre le déroulé. 

    Les cellules retrouvent leur jeunesse
     
    Les travaux de Jean-Marc Lemaitre sont publiés ce 1er novembre 2011 dans la revue spécialisée Genes & Development. Les recherches ont consisté, à partir de cellules prélevées sur des sujets âgés, à reprogrammer celles-ci in vitro pour les doter des caractéristiques des cellules souches pluripotentes (iPSC). Les cellules ont ainsi retrouvé leur jeunesse et toutes les spécificités des cellules souches embryonnaires, c’est-à-dire la capacité de se différencier en cellules de tous types (foie, cœur, peau, neurones…). Le choix d’utiliser les propres cellules d’un sujet permet de contourner les restrictions légales concernant les cellules souches d’embryons.
     
    « On a réussi à relancer la prolifération des cellules qui avaient épuisé leur capital de vie », décrit Jean-Marc Lemaitre qui a ainsi franchi la limite à laquelle se heurtaient les chercheurs à savoir la sénescence, le point ultime du vieillissement cellulaire. Dans un premier temps, l’équipe de Montpellier a multiplié des cellules de la peau d’un donneur de 74 ans jusqu’à atteindre ce point de non retour marqué par l’arrêt de la prolifération des cellules.
     
    Importante avancée
     
    Ce sont ces dernières qui ont été reprogrammées grâce à un ensemble de six facteurs génétiques montrant ainsi que la sénescence n’était plus le point final de la vie des cellules. Les cellules « retravaillées » du septuagénaire ont en effet acquis toutes les caractéristiques des cellules souches embryonnaires, c’est-à-dire la capacité de produire des cellules fonctionnelles dont les marqueurs de l’âge ont été effacés.
     
    Forts de ce succès, les chercheurs ont ensuite appliqué leur « cure de Jouvence » à des cellules âgées de 92 à 101 ans. Là aussi, les cellules même centenaires, ont retrouvé un second souffle. Mais de la cellule à l’organisme, il y a un monde et les centenaires de Jean-Marc Lemaitre, malgré leur régénération cellulaire, ne sont encore à la veille de retrouver toute la vigueur de leurs vingt ans.
     
    Plus prosaïquement - mais c’est déjà une importante avancée - ces travaux ouvrent la voie à l’utilisation de cellules reprogrammées « comme source idéale de cellules adultes tolérées par le système immunitaire, pour réparer des organes ou des tissus chez des patients âgés », précise le chercheur tout en ajoutant que « cette technique n’en est qu’à la phase de recherche fondamentale ».
    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.