GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
Mardi 20 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 22 Novembre
Vendredi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Lourdes peines requises contre les pirates somaliens en France

    media

    Le réquisitoire du procès du Carré d'As, un bateau de plaisantier français pris en otage par des pirates somaliens en 2008, se tenait lundi 28 novembre à Paris. Les peines requises à l'encontre des six accusés sont sévères : de 8 à 16 ans de prison. Ce qui est surtout destiné à servir d'exemple, s'insurgent les avocats de la défense.

    Aux yeux d’Anne Obez-Vosgien, l’avocat général, le détournement du Carré d’As c’est un peu comme une pièce de théâtre : il y a ceux qui l’écrivent et ceux qui la jouent, mais tous participent à la réalisation de l’œuvre, martèle le procureur.

    Le ton est donné : pour le Ministère public, les six accusés sont bien co-auteurs des crimes reprochés. A quelques nuances près cependant : il y a d’abord un groupe de trois: Ahmed Ahmoud Mahmoud, surnommé le guerrier par les époux Delanne, son rôle partir à l'abordage du Carré d'As ; Cheik Nour Jama Mohamoud, dit M16, le gardien consciencieux, et Abdirahman Farah Awil, le marin : pour ces trois pirates professionnels le procureur réclame les peines les plus lourdes, entre de 14 à 16 ans de réclusion criminelle.

    Entre 13 et 15 ans sont requis à l’encontre de l’interprète en anglais de l’opération, Mohamed Hassan Yacoub, un homme décrit par l’accusation comme incontournable et un maître de la situation qui se comporte comme un chef. Huit et six ans de prison sont enfin réclamés à l’encontre de Youssouf et Guelleh Abdulahi Ahmed, les petites mains de l’opération, respectivement cuisinier et pêcheur.

    Ce sont donc des peines sévères qui ont été recuises même si on est loin de la prison à perpétuité, peine maximale encourue en France pour une prise d’otages en bande organisée. Le verdict est attendu mercredi après les dernières plaidoiries de la
    défense mardi.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.