GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    François Hollande: «Madame Merkel décide, M. Sarkozy suit»

    media François Hollande s'est entretenu avec le président de la Commission européenne José Manuel Barroso, mercredi 30 novembre 2011. REUTERS/Thierry Roge

    Alors que les dirigeants européens se retrouvent de nouveau dans moins de dix jours pour trouver de nouvelles solutions afin de sauver l'euro, la France et l'Allemagne réfléchissent à modifier les traités européens pour mieux harmoniser leurs politiques économiques. Mais pour le candidat socialiste à l'élection présidentielle, François Hollande, en déplacement à Bruxelles mercredi 30 novembre, ce n'est pas une bonne idée : une révision des traités serait inutile car elle serait trop lente, elle prendre trop de temps.

    Avec notre envoyé spécial

    Quand il vient à Bruxelles, le candidat François Hollande parle d'abord de la relation franco-allemande pour mieux déplorer ce qu'elle est devenue : « Il y a là une nécessité d'avoir un rapport équilibré, et de ne pas avoir de domination, parce que nous avons besoin de l'amitié franco-allemande. Mais l'amitié, il faut apporter des preuves, et donc ne pas essayer d'imposer ses propres règles. Or, je constate que depuis plusieurs mois, c'est Mme Merkel qui décide et M. Sarkozy qui suit. »

    Quelle est l'urgence : bâtir à la hâte un nouveau traité ou lutter efficacement contre la spéculation ?

    François Hollande

    Candidat socialiste à l'élection présidentielle

    01/12/2011 Écouter

    Autrement dit, dans l'entourage du candidat, pas question d'un directoire germano-allemand, d'une Europe décidée par Angela Merkel, d'un nouveau traité qui prendrait trop de temps. Alors qu'il y a péril en la demeure et que la spéculation continue, François Hollande lui, veut mutualiser une partie de la dette des Etats. Il veut un rôle élargi pour la Banque centrale européenne, et une politique de relance économique. La réduction des déficits, ce n'est pas l'austérité, selon lui : « Aucun chef d'Etat et de gouvernement ne convaincra son peuple qu'il est possible de faire un transfert de souveraineté s'il n'y a pas un projet. Or, le contrôle des politiques budgétaires, les sanctions, l'austérité, ce n'est pas un projet. »

    C'est donc une autre Europe que réclame François Hollande, mais s'il est élu en mai 2012, Angela Merkel sera toujours au pouvoir.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.