GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Février
Lundi 19 Février
Mardi 20 Février
Mercredi 21 Février
Aujourd'hui
Vendredi 23 Février
Samedi 24 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Une « Madoff » française soupçonnée d'avoir détourné 3 millions d'euros

    media

    On la surnomme déjà « la Madoff en jupons ». Une ancienne employée de banque d'Indre-et-Loire, dans le centre de la France, vient d'être inculpée pour abus de confiance et pratique illégale de la profession de banquier. Agée de 54 ans, elle aurait soutiré environ trois millions d'euros à des proches, en leur promettant de faux rendements rémunérateurs.

    La combine existe depuis des lustres : il s'agit de trier sur le volet quelques crédules qui ont toute confiance en vous, de les convaincre de vous confier leurs économies et de leur faire miroiter à terme des rendements importants, de l'ordre de 10 à 20%. Et bien évidemment, sous le sceau du secret. Les intérêts versés aux premiers « investisseurs » sont en fait payés grâce à l'argent des nouveaux arrivants.

    Ce procédé connu sous le nom de « cavalerie financière » a fait des ravages en son temps aux Etats-Unis sous la houlette de l'homme d'affaires new-yorkais Bernard Madoff. Mais dans son petit village d'Indre-et-Loire, Sylviane Hamon, elle aussi, maîtrisait cette technique à la perfection. Prétendant travailler de façon indépendante et bénéficier de contacts privilégiés dans le monde de la finance, cette ancienne employée de banque a réussi à gruger des centaines de personnes depuis 2006 : des proches, des amis, et même des collègues de son mari.

    En tout, il y en aurait pour près de trois millions d'euros. Mais le préjudice n'est pas que financier, il est surtout moral. Certaines victimes n'ont plus de ressources et sont désespérées. C'est pourquoi le parquet de Tours a demandé à l'Association d'aide aux victimes d'infractions pénales (Adavip) de leur porter assistance et a décidé de mettre en place une cellule d'aide psychologique. Une première en France dans ce type d'affaire.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.