GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 24 Juillet
Jeudi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Les prix du festival Jean Rouch fixent l’évolution de notre regard

    media "Filmer le monde : Les prix du Festival Jean Rouch". Dix DVD et un livret de 40 pages. Editions Montparnasse

    Pour fêter les trente ans du festival Jean Rouch, les éditions Montparnasse ont rassemblé vingt-cinq de ses plus beaux films, tous primés, dans un coffret de dix DVD intitulé Filmer le monde. Les prix du festival Jean Rouch. Un coffret d’autant plus précieux qu’il permet de mesurer l’évolution de notre regard sur les sociétés qui peuplent notre planète. Pour le meilleur et pour le pire.

    Il passe pour être un des plus grands ethnologues du 20e siècle. Auteur d’une centaine de films, son œuvre de cinéaste est aussi reconnue dans le monde entier [Les Maîtres fous (1957), Moi un Noir (1958)...]. Mais le nom de Jean Rouch reste associé au festival de films ethnographiques qu’il a créé en 1982 à Paris. Le Maestro a présenté quelque 1 300 films venus des quatre coins du monde dans ce festival dont l’objectif était de montrer la richesse et la diversité des sociétés qui peuplent la planète.

    Ce coffret de dix DVD est d’autant plus précieux qu’il permet de mesurer, par caméras interposées, l’évolution de notre regard. Il met en évidence que ce festival, ancêtre et compagnon de route du célèbre « Cinéma du réel » de Beaubourg, a fait se confronter des écoles aux frontières flottantes - du cinéma ethnographique au cinéma sociologique - et aux multiples déclinaisons - cinéma direct [L’Homme regarde l’Homme], cinéma vérité. Et cela le plus souvent caméra au poing…

    « Ces vingt-cinq films rares nous montrent une terre humaine »
     

    Deux guides, Monts Homburi, Mali. Mission 1948-49. Fondation Jean Rouch

    Le directeur éditorial des éditions Montparnasse, Viamey Delourme, évoque sa « quête minutieuse et passionnée » de près d’un an pour retrouver les ayants droits, restaurer et sous-titrer ces œuvres. On y découvre comment les gens vivent dans les plaines de Russie ou les Hauts-plateaux éthiopiens, les montagnes de Chine, les collines normandes ou le désert australien, mais aussi « comment se débrouille un pauvre au Venezuela ou au Congo, un Juif à Kaboul, un Indien au Brésil ou en Californie, une ouvrière en France, une grand-mère au Japon ? (…)  Laissez-vous étonner par le monde, dit-il. (…) Ces vingt-cinq films rares, presque clandestins, tournés avec peu d’argent, nous ouvrent les yeux, nous montrent une terre humaine ».

    Ainsi, dans la pure lignée du film ethnographique, Une femme parmi les femmes (A wife among wives), de David MacDougall (Kenya, 1981, 16 mm. 70’, dernier film de la trilogie Turkana conversations), a été tourné en 1973-1974 chez des éleveurs semi-nomades du nord-ouest du Kenya. Le regard sur l’autre est ici encadré par les strictes règles de l’époque : celles du chercheur confronté à « son terrain ». On filme ceux qu’on connaît bien. On l’annonce. Et on demande ce qu’on peut filmer... Deux sœurs, Naingiro et Longole, sont questionnées sur leur vision du mariage. Que filmeraient-elles si elles faisaient le travail du réalisateur [à savoir filmer comment vivent les Turkanas] ? « Moi, j’irais filmer vos affaires, votre maison, tout ce qu’il y a dedans, rétorque l’une d’elles. Si c’est pour nous, donnez-nous la caméra. On s’en occupera nous-mêmes. » Puis elle se confie : « Ce qu’on connaît, ce sont nos traditions. Les choses du passé… Pas vos idées et vos manières de faire. »

    On pourrait comparer ce film avec Chef ! de Jean-Marie Teno (Cameroun. 1999. 35 mm. 61’), un documentaire tourné presque vingt ans après, dans lequel une succession d’événements « apparemment anodins » forment au final une chronique au vitriol de la dictature, des abus de pouvoir généralisés d’une société autoritaire. Des tendances inquiétantes qui sont à l’œuvre jusqu’aujourd’hui au Cameroun. Cette fois, le réalisateur aux commandes est Camerounais. Et son regard sur sa société est celui d’un sociologue. Sans concession. Parallèlement, Zaïre, le cycle du serpent, de Thierry Michel (RDC/Zaïre. 1992. 19 mm. 82’), fait le tour du monde. Ici encore, le réalisateur – un Belge issu de l’ancienne puissance coloniale - filme les effets de la dictature sur les laissés pour compte de la capitale, Kinshasa, mais aussi les comportements des bourgeois et des nantis, trente ans après l’indépendance et après vingt-cinq ans de mobutisme.

    Zabulon et Isaac, pour le meilleur et pour le pire
     

    Pêcheurs aux filets épuisettes sur les rives du fleuve Niger. Mission 1948-49 Fondation Jean Rouch

    Dans Cabale à Kaboul, de Dan Alexe (Afghanistan. 2007. 35 mm. 87’), un des films phares de cette sélection réussie, le réalisateur est revenu filmer cette tragi-comédie après s’être fait voler toutes les images de son premier tournage à Prague, d’où il est originaire. Cinéma vérité, le film nous fait partager une tranche de la vie de Zabulon et Isaac, les deux derniers juifs d’Afghanistan. Où l’on apprend que 50 familles auraient quitté Kaboul en moins de vingt ans après la première guerre d’Afghanistan. Sur fond de ronronnement d’hélicos et d’appels à la prière, on assiste à un véritable combat de coq dans la synagogue délabrée. Zabulon accuse « Mollah  Isaac » de « triple goy ». Il l’aurait dénoncé aux Talibans pour son commerce artisanal d’alcool tandis qu’Isaac, qui vit du commerce de ses charmes [les Afghans viennent des provinces les plus reculées pour le consulter, sauf le samedi : « Revenez un autre jour ! »], accuse à l’inverse Zabulon d’être à la solde des Talibans… Pathétique mais tellement hilarant !

    Pendant ce temps, quelque part en Europe, Blandine Huk et Frédéric Cousseau ont tourné Un dimanche à Pripiat (Ukraine. 2006. Vidéo. 26’). Ce film revient sur les lieux du drame. Le 26 avril 1986 à 1h23, un ennemi invisible a obligé les habitants à quitter cette cité modèle de 50 000 habitants. Quand la vie flirte avec la mort… Quelque 200 personnes, qui ont refusé de quitter leur terre ukrainienne après la catastrophe nucléaire, témoignent de leur monde à part… La caméra nous montre des paysages d’une beauté magique dans une région devenue zone interdite. Ainsi va la planète. Pour le meilleur et pour le pire.
     

    Jean Rouch tel qu’en lui-même

    Avant d’entamer sa thèse sous la direction de Marcel Griaule puis d’entrer comme chercheur au CNRS, Jean Rouch fut envoyé comme ingénieur en 1941 au Niger pour construire des routes. Il y retourna après la Seconde Guerre mondiale pour filmer Les Fils de l’eau. Ce film inédit offert en prime dans le coffret des éditions Montparnasse a été réalisé tout au long des missions auxquelles il participa pour l’Institut français d’Afrique noire et le Musée de l’Homme.

    « Toutes ces images sont celles de l’Afrique quotidienne que les hommes blancs oublient de regarder » dit-il au début du film, sur fond de chants stridents des pécheurs qu’il est allé filmer dans la Boucle du Niger au Mali jusque dans les falaises du pays dogon. La voix nasillarde de Pierre Braunberger – celle des commentateurs des actualités de cette époque – énonce en langue dogon (?) le générique sous-titré en français.
     
    Les Fils de l’eau (Extraits)
     
    « C’est Damouré Zika, pêcheur du Niger, qui lui a donné son nom. Voilà un film du Niger, avec Damouré, Tallou, Lam, Douma, Hawa, avec les Sorkos d’Ayorou, les Dogons d’Ireli, avec le génie de l’eau, le génie du tonnerre, l’Arc-en-ciel, les hippopotames de Tamoules. Avec celui qui a fait le film : c’est Jean Rouch, fils de Paris. Celui qui a choisi la musique, c’est Yves Le Gall, avec la musique concrète, commandant Schaeffer et la Télévision française... » 

    « Le 7e jour du 7e mois de la saison sèche, tous les hommes et toutes les femmes vont à la maison de Dongo, le génie du tonnerre. C’est le Yenendi, la fête de la pluie. Le chef de la fête, c’est Wadi Sorko. Wadi est un Fils de l’eau. Il connaît toutes les paroles de la pluie. Wadi connaît toutes les musiques de la pluie. Mais Wadi sait que les dieux sont paresseux. C’est pour cela qu’il a fixé au manche de son violon le dibba, la longue queue de fer qui va porter la musique jusque dans les oreilles des dieux. »

    _________________________________________________

    Filmer le monde : Les prix du Festival Jean Rouch. Dix DVD et un livret de 40 pages. Paris.
    Editions Montparnasse. 69 euros.

     

    Sur le même sujet

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.