GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Washington demande à ses citoyens de ne plus se rendre en Bolivie
    • Bolivie: le bilan des violences post-électorales revu à sept morts (parquet général)
    France

    Affaire Bettencourt : la Cour de cassation valide les enregistrements clandestins

    media Liliane Bettencourt, le 26 janvier 2011. REUTERS /Charles Platiau

    En France, la Cour de cassation a estimé ce mardi 31 janvier que les enregistrements clandestins des conversations de l'héritière de L'Oréal, Liliane Bettencourt, pouvaient servir à des poursuites pénales. La Cour a ainsi rejeté les pourvois formés par Liliane Bettencourt et sa fille Françoise qui contestaient l'utilisation de ces enregistrements par la Justice. Les enquêtes menées par les juges d'Instruction de Bordeaux vont donc pouvoir se poursuivre, en particulier celles concernant le volet politico-financier de l'affaire Bettencourt.

    La plus haute juridiction française a réjeté tous les arguments invoqués par Lilianne Bettencourt. Elle estimait que ces enregistrements clandestins, réalisés par son majordome et remis à la police courant 2010, constituaient une violation de sa vie privée. Pour la Cour de cassation, au contraire, ils sont des moyens de preuves qui peuvent être discutés contradictoirement.

    Conséquence de cette décision : les juges bordelais en charge de l'instruction, vont désormais pouvoir s'appuyer sur ces pièces pour mieux cerner les liens très particuliers qu'entretenaient Liliane Bettencourt avec l'actuelle majorité.

    Car ces conversations sont assez étonnantes. Elles suggèrent des immixtions de l'Elysée dans la procédure en abus de faiblesse menée par Françoise Meyers Bettencourt à l'encontre de sa mère. Elles suggèrent aussi des liens troubles entre Liliane Bettencourt et Eric Woerth, l'ex-ministre UMP du Budget, dont l'épouse avait été embauchée par le gestionnaire de fortune de Mme Bettencourt.

    Mais outre le conflit d'intérêt, ces conversations font également planer un soupçon de financement politique illégal. En 2007, lors de la campagne, le gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt aurait remis, semble-t-il, des enveloppes de billets à Eric Woerth alors trésorier de l'UMP. Si à ce jour, Eric Woerth n'a pas été mis en examen, grâce à la validité des enrgistrements clandestins, il pourrait être à nouveau dans la ligne de mire de la Justice.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.