GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France : Marine Le Pen à la conquête du terroir au Salon de l'agriculture

    media Marine Le Pen, présidente du Front national et candidate à l'élection présidentielle, au Salon de l'agriculture, vendredi 2 mars 2012 à Paris. Reuters / Philippe Wojazer

    Marine Le Pen était très attendue au Salon de l’agriculture à Paris, ce vendredi 2 mars 2012. Rien de surprenant dans la mesure où la présidente du Front national avait eu la prévoyance de prévenir des sympathisants prêts à tout pour obtenir un autographe, y compris à même la peau.

     

    Notre dossier

    La candidate frontiste a sacrifié au rituel de la dégustation en puriste. Lorsqu'on lui propose du lait aromatisé à différentes saveurs, elle explique qu'elle n'aime pas trop ce genre de mélanges : «Ah non, je ne veux pas de ça. Je veux du naturel. Avez-vous du naturel ? »

    Mais Marine Le Pen est venue au Salon pour parler aux agriculteurs de sa vision qui repose sur une idée traditionnelle de son mouvement, une idée simple : défendre les petits contre les gros. « La grande distribution, pendant longtemps elle a eu des rapports très troubles, il faut bien le dire, avec des grands partis politiques et donc, pour monter au créneau, il faut avoir les mains propres », a-telle déclaré.


    La présidente du Front national assume aussi les polémiques qu'elle déclenche, par exemple sur le dossier de l'abattage rituel quand elle explique que toute la viande distribuée en région parisienne est susceptible d'être halal et que cela pose un problème aux consommateurs mais aussi aux producteurs : « Ils les bichonnent, ils les nourrissent, ils les aiment, ils me disent qu’ils aiment leurs bêtes et n’ont pas envie qu’elles souffrent quatorze minutes. Deuxièmement, ils me disent que ça nuit à la viande et puis, je suis désolée, je persiste à dire qu’il y a un problème sanitaire. »

    Marine Le Pen est ensuite repartie, sans dire un mot de sa quête de parrainages présentée comme difficile la veille à la télévision. Ce n’est pas le sujet du jour, explique-t-elle.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.