GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Tuerie de Toulouse: questions sur la traque et la mort de Mohamed Merah

    media La police scientifique sur le site où était retranché Mohammed Merah à Toulouse, et où il a été tué le 22 mars 2012, lors de l'assaut du RAID. REUTERS/Jean-Philippe Arles

    Après le dénouement violent de ce qui sera appelé l'affaire de la «tuerie de Toulouse» et la mort de Mohamed Merah, assassin présumé de trois militaires et de quatre personnes de l'école juive Ozar Hatorah, plusieurs questions sont soulevées. La première est de savoir si ce drame aurait pu être évité. Alain Juppé, ministre des Affaires étrangères a lui-même soulevé l'hypothèse de failles du renseignement français. Et la seconde est de savoir pourquoi le RAID n’a pas réussi à le capturer vivant.

    L'identification du suspect par le renseignement français

    La Direction centrale du renseignement intérieur connaissait Mohamed Merah. C'est son voyage de deux mois au Pakistan, en 2011, qui a attiré le regard du renseignement français sur ce jeune Toulousain. Il a même été convoqué en novembre de la même année, pour s'expliquer sur ce séjour. Il prétexte un voyage à but touristique, montre des photos aux enquêteurs pour le prouver et à l'époque n'est pas inquiété. Mais la DCRI ne l'oublie pas pour autant. Au moment du premier meurtre de militaire, Mohamed Merah était en tête d'une liste de personnes à surveiller particulièrement dans la région Midi-Pyrénées.

    L'arsenal de Mohamed Merah

    Une autre question se pose, c'est celle de la manière dont Mohamed Merah al pu réunir un tel arsenal d'armes ? Et comment Abdelkader, son frère, a-t-il pu se procurer des explosifs, alors que lui aussi était surveillé par la DCRI. Ces deux questions n'ont toujours pas de réponse.

    Un réseau pourrait l'avoir aidé, les avoir aidé. Cependant, dans ses conversations avec les agents du RAID, Mohamed Merah a affirmé avoir agi seul. C'est pourtant sur ce point précis que vont travailler les enquêteurs dans les jours à venir.

    Après la traque, le rôle du RAID était de le capturer

    Autre question, le RAID, unité d'élite de la police, avait pour mission d’arrêter le suspect des tueries de Montauban et Toulouse afin de le remettre à la justice. A-t-il failli avec la mort de Mohammed Merah ?

    C'est la première intervention de la police, mercredi à trois heures du matin, qui suscite le plus d'interrogations. De fait, les policiers n'ont pas cette nuit-là atteint leur objectif initial : prendre Mohamed Merah par surprise dans son sommeil.

    Sur leurs blogs plusieurs experts de la sécurité s'interrogent : pourquoi ne pas avoir attendu qu'il sorte ? «Entrer dans l'appartement était plus risqué pour les policiers, mais cela sauvegarde la population» rétorque Robert Paturel, un ancien du RAID. Mais il reconnaît que «les pressions des politiques pour obtenir un résultat rapide peuvent interférer sur la conduite des opérations

    Des chercheurs réclament d'ailleurs la création d'une commission d'enquête parlementaire pour faire toute la lumière sur cette affaire.

    Un assaut trop précoce ?

    La durée de la fusillade de ce jeudi 22 mars -cinq éprouvantes minutes- suscite également des interrogations. Un assaut réussi est un assaut très rapide, et les hommes du RAID ont semble-t-il été surpris par la réaction de Mohamed Merah. «Il aurait peut être fallu attendre plus longtemps avant d'intervenir, pour être sûr qu'il soit épuisé» concède Robert Paturel. Et l'ancien membre du RAID de conclure «Il aurait été préférable de l'attraper vivant, car mort, il risque de passer pour un martyre et de susciter des vocations. Il n'y a pas de bonne stratégie, on choisit la moins mauvaise

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.