GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Aujourd'hui
Samedi 24 Août
Dimanche 25 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    L' affaire Mohamed Merah soulève les critiques des spécialistes de la lutte antiterroriste

    media Membros das forças especiais do Raid em Toulouse, em março de 2012. © AFP/ Pascal Pavani

    Après la mort de Mohamed Merah, s'ouvre le chapitre des questions : aurait-on pu mieux surveiller le jeune homme et prévenir son passage à l'action ? Des leçons doivent être tirées, a estimé le Premier ministre, François Fillon alors que des interrogations se font jour sur l'efficacité des services de renseignement et leur gestion des informations qu'ils avaient en leur possession.

    Bernard Squarcini, patron de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), rejette toute critique contre ses services et assure qu'il était impossible de trouver plus vite le tueur de Toulouse.

    Ce rejet n'empêche pas les experts antiterroristes de se poser de nombreuses questions.

    Ainsi les experts américains souligne que Mohamed Merah avait été placé sur la liste noire des personnes interdites de vol aux Etats-Unis parce qu'il était considéré comme dangereux. Des experts qui estiment qu'il y a clairement eu défaillance à un moment ou à un autre, lorsque les services de la DCRI ont déterminé que Mohamed Merah n'était pas une menace de première importance. Pour les spécialistes américains, le fait que ce jeune toulousain soit allé en Afghanistan aurait dû automatiquement entraîner une surveillance régulière.

    Les experts antiterroristes soulignent aussi que le renseignement français devra s'expliquer sur un autre point : comment Mohamed Merah a-t-il pu mettre la main sur un tel arsenal de guerre sans éveiller les soupçons ?

    Les choix tactiques faits par le Raid (Recherche assitance intervention dissuasion) lors de l'assaut sont également sur la sellette : après les critiques de Christian Prouteau ancien patron du Groupe d'intervention de la gendarmerie nationale (GIGN), Alik Ron l'ancien chef des forces spéciales israéliennes a également soutenu que toute l'opération policière menée à Toulouse ressemblait à une démonstration de stupidité.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.