GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    La cocaïne, une drogue qui se banalise

    media Blocs de cocaïne. DEA

    400 000 personnes consommeraient de la cocaïne en France et 15 tonnes de cette drogue se retrouveraient chaque année sur le marché français, sur les mille tonnes produites dans le monde. L'Observatoire français des drogues et des toxicomanies vient de publier son rapport annuel dans lequel il rappelle que la cocaïne tue et que le cliché d'une drogue festive et sans danger n'a vraiment plus lieu d'être.

    Pendant longtemps, la cocaïne a été perçue comme une drogue festive ou décuplant les performances, réservée à l'élite, et particulièrement répandue dans le monde des médias et de la communication. Ces clichés sont en train de voler en éclats.

    En effet, le gramme de cocaïne est passé de 80 à 60 euros en dix ans, cette drogue s'est donc en quelque sorte démocratisée. On la retrouve toujours en discothèques, en concert, au travail mais aussi dans la rue où de nouveaux consommateurs, désinsérés et précaires, sont apparus : il s'agit notamment d'adeptes de free base ou de crack à fumer.

    De l'an 2000 à aujourd'hui, le nombre d'usagers a donc triplé, avoisinant désormais les 400 000. Même si les consommateurs de drogue préfèrent toujours largement le cannabis à la cocaïne puisqu'ils en achètent dix fois plus, cette dernière est en train de gagner subrepticement du terrain, car son trafic est bien plus rentable pour les dealers. Du coup, on assiste depuis un certain temps à une reconversion des filières et des réseaux de trafiquants. La vente au détail représente la bagatelle de 900 millions d'euros par an.

    Il n’existe pas de traitement spécifique à la consommation de cette substance, et pourtant les consommateurs interrogés indiquent que c’est souvent elle qui leur pose le plus de problèmes. Plusieurs pistes sont néanmoins en expérimentation : des traitements médicamenteux qui visent à réduire la consommation dont l'efficacité n'est pas encore démontrée et un vaccin.

    Celui-ci réduirait la prise de drogue en augmentant la présence des anticorps contre la cocaïne ce qui rendrait le produit inactif avant qu’il n’atteigne le cerveau. Mais l’apparition d’un tel traitement ne fait pas l’unanimité et l’utilisation du terme « vaccin » n’est pas sans poser problème.
    → Pour lire le rapport de l’OFDT, cliquez ici

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.