GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Les engagements de la sélection officielle du Festival de Cannes 2012

    media Thierry Frémaux, le directeur général, et Gilles Jacob, le président du Festival de Cannes, ont visionné 1 779 œuvres. Ils ont retenu 38 films, dont 22 seront en compétition pour la Palme d’or, décernée le 27 mai. REUTERS/Charles Platiau

    Trois réalisateurs français (Jacques Audiard, Leos Carax, Alain Resnais), des engagements politiques cachés et beaucoup de valeurs sûres (David Cronenberg, Michael Haneke, Ken Loach, Abbas Kiarostami, Yousry Nasrallah) se trouvent sur la liste officielle des 22 films qui concourent pour la Palme d’or. Lors de la présentation de la sélection ce jeudi 19 avril, Thierry Frémaux, le délégué général du 65e Festival de Cannes qui se tiendra du 16 au 27 mai, a promis des « œuvres qui renouvellent le 7e Art ».

    Pas d’engagement ouvertement politique cette année, il n’y aura pas de siège laissé libre pour Jafar Panahi ou un autre cinéaste persécuté. Le printemps arabe semble également déjà loin de l’actualité cannoise qui se concentre sur des critères purement cinématographiques. Thierry Frémaux, le délégué général, promet « des œuvres qui renouvellent le 7e Art ou visitent son classicisme ». Pour lui, la liste évoque à la fois « la générosité » et « le doute ».

    Une liste très institutionnelle
     

    On pense, les films vont plaire.

    Gilles Jacob, président du Festival de Cannes 20/04/2012 - par Sophie Torlotin Écouter

    A première vue, la sélection officielle s’annonce très institutionnelle pour le Festival 2012 : neuf des 22 réalisateurs en lice pour la Palme d'or ont déjà été primés à Cannes ! Les valeurs sûres règnent sur la compétition : le Canadien David Cronenberg essaie nous effrayer avec le cauchemar new-yorkais Cosmopolis. Le réalisateur autrichien et Palme d’or 2009 (Le Ruban blanc) Michael Haneke présentera en avant-première mondial Amour qui marque le retour du très discret Jean-Louis Trintignant et de l’omniprésente Isabelle Huppert. Le mouvement danois Dogme95 ne sera cette fois-ci pas représenté par le trublion Lars Van Trier, mais par le Prix du jury au Festival de Cannes 1998 (Festen) Thomas Vinterberg, qui se met à la chasse du trophée avec Jagten (The Hunt). L’Australien John Hillcoat, Lion d’or 2009 à la Mostra de Venise pour La Route, fera sa première cannoise avec Lawless. La Corée du Sud sera présentée par deux réalisateurs bien connus de la Croisette : Hong Sangsoo avec Da-Reun Na-Ra-E-Suh (In Another Country) et Im Sangsoo avec Do-Nui Mat (Taste of Money).

    Le retour du cinéma américain

    Quand Thierry Frémaux parle d’un « retour en force relatif » du cinéma américain, couronné l’année dernière par la Palme d’or avec Terrence Malick, il pense de la même façon aux Etats-Unis (Jeff Nichols : Mud ; Lee Daniels :The Paperboy), au Canada (David Cronenberg : Cosmopolis), au Brésil (Walter Salles : On the Road) et au Mexique (Carlos Reygadas : Post Tenebras Lux).

    Les engagements du Festival de Cannes 2012
     

    Il y n'y a aucune femme sur la liste, malgré l'ouverture prometteuse faite l'année dernière. Néanmoins, sur la liste se trouvent des engagements forts des dernières années. La lutte pour un cinéma iranien libre est menée à travers le monstre sacré de la nouvelle vague iranienne, Abbas Kiarostama. La Palme d’Or 1997 (Le Goût de la Cerise) montrera Like Someone in Love. Les revendications du printemps arabe sont maintenues grâce au maître du cinéma égyptien, Yousry Nasrallah. Lors de la révolutionne égyptienne de 2011, il avait filmé les manifestants sur la place Tahrir, à Cannes il présentera sa nouvelle œuvre Baad El Mawkeaa (Après la Bataille) qui parle des conséquences des événements. Le Britannique et Palme d’or 2006 (Le Vent se lève) Ken Loach défendra le cinéma réaliste avec The Angels’ Share (La part des anges). Et Reality de Matteo Garrone, un film sur la téléréalité, ne nous laissera pas indifférents non plus. L’Italien s’est fait un nom avec La Camorra qui traite du crime organisé à Naples.

    Trois réalisateurs français en compétition pour la Palme d’or

    Côté français, il y a, comme les années précédentes, trois réalisateurs qui concourront pour la Palme d’or : Jacques Audiard, Leos Carax et Alain Resnais. A presque 90 ans, le réalisateur de films cultes comme Nuit et brouillard, Hiroshima mon amour, Smoking/No Smoking revient au grand écran sur la Croisette pour éventuellement gagner sa première Palme d’or ! Le titre emblématique de son film : Vous n’avez encore rien vu, une adaptation d’Eurydice de Jean Anouilh, avec Sabine Azéma, Mathieu Amalric, Pierre Arditi et Lambert Wilson. Jacques Audiard, déjà deux fois primés à Cannes, revient avec De rouille et d’os qui met en scène Marion Cotillard en dresseuse d’orques, aux côtés de Bouli Lanners et Matthias Schoenarts. A 51 ans, Leos Carax, réalisateur hanté de son film mythique Les Amants du Pont-Neuf (1991), le Festival donne l’occasion de mettre à l’épreuve son talent et de concourir pour la Palme d’or avec Holly Motors. Carax renoue ainsi avec son acteur fétiche Denis Lavant qui retrace 24 heures de la vie d’un homme.
     
    Le nouveau film de l’Américain Wes Anderson, Moonrise Kingdom, fera le 16 mai l’ouverture du festival qui sera inauguré par la maîtresse de cérémonie Bérénice Bejo, la Peppy Miller de The Artist. Les Palmes d’or seront décernées le 27 mai par le président du jury, Nanni Moretti. La clôture sera un hommage à Claude Miller : son dernier film Thérèse Desqueyroux, avec Audrey Tautou et Gilles Lellouche, sera projeté hors compétition.

    Mais attention, peut-être tout n’est pas encore dit pour la sélection du Festival 2012. L’année dernière, le délégué général avait rajouté à la dernière minute encore deux films, reçu sous forme d’une clé USB pour détourner la censure iranienne. Même arrivée à la 65e édition, Cannes reste une institution qui ose prendre des risques.

    La competition du Festival de Cannes 2012

    Les 22 films qui concourent pour la Palme d'or

     
    Film d’ouverture :
    - Moonrise Kingdom, Wes Anderson (USA, 1h35)

    - De Rouille et d'Os, Jacques Audiard (France, 1h55)
    - Holy Motors, Leos Carax (France, 1h50)
    - Cosmopolis, David Cronenberg (Canada, 1h45)
    - The Paperboy, Lee Daniels (USA, 1h41)
    - Cogan, la mort douce (Killing Them Softly), Andrew Dominik (Australie, 1h40)
    - Reality, Matteo Garrone (Italie, 1h50)
    - Amour, Michael Haneke (Autriche, 2h06)
    - Lawless, John Hillcoat (USA, 1h55)
    - In Another Country, Hong Sangsoo (Corée du Sud, 1h28)
    - L'Ivresse de l'argent, Im Sangsoo (Corée du Sud, 1h53)
    - Like Someone in love, Abbas Kiarostami (Iran, 1h49)
    - La Part de l'Ange, Ken Loach (GB, 1h46)
    - Dans la Brume, Sergei Loznitsa (Ukraine, 2h07)
    - Au-delà des collines, Cristian Mungiu (Roumanie, 2h35)
    - Après la Bataille, Yousry Nasrallah (Egypte, 2h06)
    - Mud, Jeff Nichols (USA, 2h15)
    - Vous n'avez encore rien vu, Alain Resnais (France, 1h55)
    - Post Tenebras Lux, Carlos Reygadas (Mexique, 1h40)
    - Sur la Route, Walter Salles (Brésil, 2h20)
    - Paradis: Amour, Ulrich Seidl (Autriche, 2h00)
    - Jagten (La Chasse), Thomas Vinterberg (Danemark, 1h46)

    Film de clôture (hors competition):
    - Thérèse Desqueyroux,Claude Miller (France, 1h50)
     

     

    L’autre sélection officielle : Un certain regard

     
    (La nationalité mentionnée est celle du réalisateur)

    - Gimme the Loot, Adam Leonun (Etats-Unis, 1er film)
    - Djeca, Aida Begic (Bosnie-Herzégovine)
    - Miss Lovely, Ashim Ahluwalia (Inde, 1H50mn, 1er film)
    - La Playa, Juan Andres Arango (Colombie, 1H30, 1er film)
    - Les chevaux de dieu, Nabil Ayouch (Maroc, 1h55)
    - Trois mondes, Catherine Corsini (France, 1H40)
    - Antiviral, Brandon Cronenberg (Canada, 1h50, 1er film)
    - 7 dias en La Habana, Benicio del Toro, Pablo Trapero, Julio Medem,
    Elia Suleiman, Juan Carlos Tabio, Gaspar Noé et Laurent Cantet (USA, Espagne,
    Argentine, Palestine, Cuba, France, 2h05)
    - Le grand soir, Benoît Delépine et Gustave Kervern (France, 1H32)
    - Laurence Anyways, Xavier Dolan (Canada/Québec, 2H41)
    - Despues de Lucia, Michel Franco (Mexique, 1H54)
    - Aimer à perdre la raison, Joachim Lafosse (Belgique, 1H54)
    - Mystery, Lou Ye (Chine, 1H30)
    - Student, Darezhan Omirbayv (Kazakhstan, 1H30)
    -La pirogue, Moussa Touré (Sénégal, 1H27)
    - Eléphant blanc, Pablo Trapero (Argentine, 2H00)
    - Confession d'un enfant du siècle, Sylvie Verheyde (France, 2H05)
    - 11.25 The day he chose his own fate, Koji Wakamatsu (Japon, 2H00)
    - Les bêtes du Sud sauvage, Benh Zeitlin (USA, 1H32, 1er film)
    - Renoir, Gilles Bourdos (France), film de clôture

    Les films hors compétition:

    - Io e te, Bernardo Bertolucci (Italie, 1h37)
    - Madagascar 3, Bons baisers d'Europe, 3D, (USA, animation, 1h30)
    - Hemingway & Gellhorn, Philip Kaufman (USA, 2H34)

    Film spécial 65e anniversaire:

    - Une journée particulière, Gilles Jacob et Samuel Faure (France, 53 mn)

    Séances Spéciales:

    - Trashed, Candida Brady (Royaume-Uni)
    - Der Müll im Garten Eden, Fatih Akin (Allemagne, 1h25)
    - Roman Polanski: a film memoir, Laurent Bouzereau (France, 1h34)
    - The Central Park five, Ken Burns, Sarah Burns, David McMahon (USA, 2H00)
    - Les invisibles, Sébastien Lifshitz (France, 1h55)
    - Journal de France, Claudine Nougaret et Raymond Depardon (France, 1h40)
    - A musica segundo Tom Jobim, Nelson Pereira Dos Santos (Brésil, 1H30)
    - Villegas, Gonzalo Tobal (Argentine, 1h36, 1er film)
    - Mekong Hotel, Apichatpong Weerasethakul (Thaïlande, 1h01)

    Séance de minuit:

    - The Sapphires, Wayne Blair (Australie, 1er film)
    - Maniac, Alexandre Aja et Franck Khalfoun (France, Etats-Unis)
    - Dario Argento's Dracula, Dario Argento (Argentine, 1h46)
    - Ai to Makoto, Takashi Miike (Japon, 2h14)

     

    NOTRE DOSSIER SPECIAL

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.