GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Vol et séquestration au château de Vaux-le-Vicomte, deux millions d'euros de préjudice (parquet)
    • Israël: Benyamin Netanyahu appelle son rival Benny Gantz à la formation d'un gouvernement d'union nationale
    • Accident de Fukushima: trois anciens dirigeants de Tepco acquittés par le tribunal
    • Polynésie: saisie de 5,5 kilos de méthamphétamine à l'aéroport de Tahiti (parquet de Papeete)
    • Afghanistan: quinze morts lors d'un attentat à la voiture piégée dans le Sud (gouverneur)
    France

    Résultats du premier tour: sera-t-il possible d'imposer le silence jusqu'à 20 h ?

    media En France, les principaux réseaux sociaux revendiquent au total plus de 20 millions d’utilisateurs qu’il sera difficile de surveiller un par un. (Reuters/Mario Anzuoni )

    La campagne pour le premier tour de l'élection présidentielle a pris fin vendredi 20 avril à minuit. Cela en est donc fini des déclarations des candidats et des sondages jusqu'à dimanche 20 heures. En théorie, car dans les faits, à l'heure d'internet, il risque d'être bien difficile de faire respecter la loi.

    Maintenant c’est aux électeurs de réfléchir tranquillement et de s’exprimer. Les candidats et leurs soutiens, eux, sont priés de se taire depuis vendredi minuit. Désormais, et jusqu’à dimanche 20

    Tout cela m'a l'air d'être une tempête dans un verre d'eau. Il n'y a pas d'afflux considérable. Il ne faut pas non plus croire que 60 millions de Français vont se ruer sur internet...

    Christophe Giltay

    Correspondant à Paris de la chaîne privée RTL-TVI (Benelux)

    21/04/2012 - par Sophie Torlotin Écouter

    heures, il n’y a guère que du taux de participation dont on puisse parler. Pour le reste, c’est silence radio : pas de déclaration, pas de polémique et surtout, pas de sondage. Sauf qu’à l’heure de l’information continue, de l’internet et de l’immédiateté des réseaux sociaux, il va sans doute être un peu compliqué de faire respecter la loi.

    Les soirs d’élection, les premières tendances sérieuses issues de bureaux tests et autres sondages « sortie des urnes » commencent à circuler dans les rédactions entre 18 h et 18 h 30. Les médias francophones suisses et belges, qui y ont accès, ont déjà annoncé leur intention de les publier sur leur site internet, comme ils l’avaient d’ailleurs fait en 2007.

    Soumis à cette concurrence, des médias français, comme le quotidien Libération qui considère ces règles comme obsolètes et inégalitaires, envisagent de passer outre. L’amende prévue pour les individus peut aller jusqu’à 75 000 euros, cinq fois plus pour une personne morale comme une entreprise et donc un média.

    En France, les principaux réseaux sociaux revendiquent au total plus de 20 millions d’utilisateurs qu’il sera difficile de surveiller un par un.

    Pas de sondages « sortie des urnes »

    Les neuf instituts de sondage se sont engagés vendredi 20 avril à ne pas réaliser de sondages à la sortie des urnes. Selon la Commission des sondages, « toute information se réclamant de sondages "sortie des urnes" ne serait que le fruit de rumeur et de manipulation ».

    Pour son secrétaire général, Mathias Guyomar, cette loi garantit la liberté et la sincérité des scrutins. Le corps électoral ne doit pas être influencé, il rappelle donc la responsabilité individuelle de chacun : « les premiers responsables aujourd'hui, ce sont tous les particuliers qui, parce que la technique leur offre comme possibilités, ont une aisance à violer la loi ». Ils ont donc « une responsabilité accrue de permettre son respect ».

    Mais sur Twitter, certains assurent qu'ils n'hésiteront pas à enfreindre la loi, notamment grâce à des messages codés. Réaction immédiate de Jean-Pierre Bonin, conseiller maitre à la Cour des comptes : « s'il y en a qui veulent jouer entre eux au chat et à la souris pour savoir - attention si je dis : "l'hirondelle ça veut dire qu'il fait 26%", si je dis "les hirondelles ça veut dire qu'il fait 27%" - à ce moment-là on est dans la Résistance. Vous lisez Daniel Cordier qui vous expliquera d'ailleurs que ça ne marchait pas ».

    Selon un sondage, 66 % des Français sont favorables à l'application de cette loi électorale qui impose la non publication de resultats chiffrés avant la clôture du scrutin.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.