GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 18 Mai
Dimanche 19 Mai
Lundi 20 Mai
Mardi 21 Mai
Aujourd'hui
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Affaire Karachi : nouvelle mise en examen de Ziad Takieddine

    media L'homme d'affaires Ziad Takieddine. REUTERS/Gonzalo Fuentes

    Nouvelle audition ce mardi matin 24 avril au tribunal de Paris et nouvelle mise en examen pour Ziad Takieddine. L'homme d'affaires franco-libanais, déjà soupçonné de complicité et recel d'abus de biens sociaux, est désormais également poursuivi pour blanchiment d'argent. Encore et toujours dans le volet financier du dossier dit de Karachi, autrement dit dans le détournement présumé de commissions légales, liées à des ventes d'armes au Pakistan mais aussi à l'Arabie Saoudite, en 1994. Des rétrocommissions illicites, qui pourraient avoir alimenté la campagne présidentielle d'Edouard Balladur l'année suivante, via des montages bancaires que les juges commencent à reconstituer.

    L'enquête progresse. Et cette nouvelle mise en examen de Ziad Takieddine en témoigne, au lendemain même du feu vert donné par le Parquet aux deux juges d'instruction pour l'élargissement de leurs investigations à des faits de blanchiment.

    Une demande des magistrats étayée par des informations financières venues ces derniers mois du Luxembourg, du Lichtenstein, d'Espagne, et surtout, de Suisse où des documents révèlent au moins un retrait important d'argent liquide après un curieux transit entre deux comptes privés ; somme acheminée ensuite en France au terme d'un circuit compliqué, et qui met en scène un ex-associé de Takieddine, intermédiaire imposé comme lui par le ministère français de la Défense dans les deux contrats.

    Le calendrier, avril 1995, et le montant, plus d'un million et demi d'euros, intéressent au plus haut point les juges. C'est en effet à ce moment-là qu'a été versée, en espèces, une somme équivalente sur le compte de campagne d'Edouard Balladur. En tout, 3 millions d'euros de soutien financier à l'ancien Premier ministre intriguent la justice, qui se rapproche aussi d'un certain Nicolas Sarkozy, alors ministre du Budget, porte-parole du candidat Balladur. Cité, lui, dans la création de structures off-shore au Luxembourg.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.