GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Irak: une attaque fait 12 morts dans la ville sainte chiite de Kerbala (sécurité)
    • Yémen: les rebelles annoncent vouloir arrêter toutes les attaques contre l'Arabie (dirigeant insurgé)
    • Affaire Karachi: le parquet demande un procès pour Balladur et Léotard (source judiciaire)
    • Respect de la vie privée: Facebook suspend des dizaines de milliers d'applications
    • Commerce: Trump ne pense pas aboutir à un accord avec Pékin avant l'élection de 2020
    • Procès Mélenchon en France: le jugement mis en délibéré au 9 décembre
    • Greta Thunberg espère que la société a atteint «un tournant» sur le climat (interview à l'AFP)
    • Arabie saoudite: le président chinois condamne les attaques, appelle à la retenue (Chine nouvelle)
    • Iran: Trump annonce «les sanctions les plus sévères jamais imposées à un pays»
    Afrique

    Face aux accusations de financement libyen, Nicolas Sarkozy attaque Mediapart

    media Mediapart a été en première ligne dans les révélations sur l'affaire Bettencourt, ici, la salle de rédaction du site internet à cette époque, le 8 juillet 2010. AFP/ MARTIN BUREAU

    « Officine financée par de riches amis » de François Hollande, au service de la gauche. C'est ainsi que l'UMP et son candidat, Nicolas Sarkozy, qualifient Mediapart, après la publication par le journal en ligne d'un document laissant penser à un financement présumé de sa campagne présidentielle en 2007 par des fonds libyens.En l'occurence, des fonds libyens provenant du régime de Mouammar Kadhafi. Nicolas Sarkozy a annoncé qu'il allait déposer plainte. Edwy Plenel, le directeur de Mediapart, dit attendre « avec sérénité un éventuel procès ».

    Après la publication sur Mediapart, ce samedi, d'un article intitulé « Sarkozy-Kadhafi : la preuve du financement » (lien payant), l'UMP n'a pas retenu ses coups. À l'image de François Fillon, interrogé sur RTL ce dimanche 29 avril. Le Premier ministre a fortement attaqué le site d'information fondé par l'ancien directeur de la rédaction du quotidien Le Monde.

    Je suis certain que le document est faux parce que j'ai vécu la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, je sais qu'on avait pas 50 millions d'euros

    François Fillon

    Premier ministre

    30/04/2012 Écouter

    Dès la mise en ligne de l'article, le directeur éditorial de Mediapart, François Bonnet, avait évoqué dans un éditorial (lien payant) le montant de 50 millions, écrivant : « au vu du montant cité par ce document, 50 millions d'euros, il ne s'agit plus seulement de soupçons de financement politique (le plafond autorisé des dépenses de campagne pour la présidentielle est de 22 millions d'euros par candidat) mais, peut-être, d'enrichissement privé des protagonistes. »

    Dans la foulée de son Premier ministre, Nicolas Sarkozy a dû réagir, pressé par les questions de la journaliste Anne-Sophie Lapix, ce dimanche sur Canal Plus. Ce lundi, sur France 2, le président de la République a annoncé son intention de porter plainte contre Mediapart.

    J'ai honte pour l'AFP d'avoir fait une alerte sur un document faux, la campagne électorale ne justifie pas tout

    Nicolas Sarkozy

    Président de la République, candidat à sa réélection

    30/04/2012 Écouter

    Joint par RFI, Edwy Plenel, co-fondateur de Mediapart, a assuré ne pas avoir de doute sur l'authenticité du document révélé par son site, et se dit serein dans l'attente du procès.

     

    Nous ferons la démonstration du sérieux de notre enquête.

    Edwy Plenel 30/04/2012 - par Alain Renon
    Co-fondateur de Mediapart
    Écouter

     

    Invité à commenter l'affaire, François Hollande a par la suite donné sa propre vision du travail des journalistes de Mediapart.

    Mediapart est un site d'investigation qui cherche ce qu'il peut trouver, et c'est arrivé qu'il accable quelques fois des personnalités de gauche

    François Hollande

    Candidat du Parti socialiste

    30/04/2012 Écouter

    Le candidat s'est plusieurs fois rendu dans les locaux de Mediapart pour des interviews. La dernière en date étant le 13 avril 2012, quelques jours avant le premier tour, après Eva Joly, François Bayrou et Jean-Luc Mélenchon.

    Le journaliste Fabrice Arfi, co-auteur du dernier scoop de Mediapart, lui avait alors posé plusieurs questions particulièrement dérangeantes sur son rôle en tant que premier secrétaire du PS dans l'affaire Guérini, du nom de l'ancien président socialiste du département des Bouches-du-Rhône, mis en examen pour des faits présumés de corruption.

    Mediapart, l'obsession de l'indépendance éditoriale... et donc financière

    Que le site d'information Mediapart défende également des opinions, c'est une certitude. A l'instar de bien d'autres journaux français, en ligne ou papier, comme Libération ou Le Figaro, Mediapart met en ligne des « partis pris ». Et son positionnement éditorial, dit de « radicalité démocratique », s'inscrit clairement dans l'anti-sarkozysme.

    En revanche, le procès en officine est difficilement soutenable. Les quatre journalistes créateurs de Mediapart (François Bonnet, Gérard Desportes, Laurent Mauduit et Edwy Plenel), tous passés par le journal Le Monde, ont d'emblée fait le pari de l'indépendance de leur entreprise. Aussi bien dans son actionnariat que dans son fonctionnement.

    En d'autres termes, les propriétaires majoritaires du site sont ses quatre fondateurs (Gérard Desportes a quitté la rédaction en 2010), avec la directrice financière de l'entreprise et un polytechnicien, à hauteur de 60%. Le reste du capital se partage entre quelques investisseurs privés et la « Société des amis de Mediapart », qui compte dans ses rangs quelques patrons classés à gauche.

    L'originalité de Mediapart, c'est d'avoir opté pour l'accès payant, pour pouvoir se passer de recettes publicitaires. C'est manifestement réussi, puisqu'avec environ 50 000 abonnés, le site serait à l'équilibre depuis plus d'un an, et se développe peu à peu. S'il a réussi, c'est principalement grâce à la qualité de ses enquêtes sur les affaires politico-financières les plus sensibles (Bettencourt, Karachi...), il est vrai embarrassantes d'abord et surtout pour la droite.

    Un président devant la justice

    De tous les présidents de la République, Nicolas Sarkozy est le seul à avoir saisi la justice en cours de mandat. Un choix délibéré et assumé pour cet avocat de formation, alors que tous ses prédécesseurs s'étaient retranchés jusque-là derrière la solennité de leur fonction.

    Nicolas Sarkozy a, lui, déposé plainte plusieurs fois en 2008, juste après son accession au pouvoir et son mariage avec Carla Bruni, notamment pour défendre son nom, son image, le respect de sa vie privée. Par exemple, contre la compagnie aérienne Ryanair qui voulait se faire de la publicité sur son dos, contre le Nouvel Observateur qui avait publié un texto malencontreux attribué à Cécilia, contre une entreprise qui commercialisait des poupées vaudou à l'effigie de l'hôte de l'Elysée, ou bien encore contre une autre qui vendait des tee-shirts le prenant pour cible.

    A chaque fois, Nicolas Sarkozy a riposté. Et gagné. Mais il ne s'agissait là que de broutilles. En fait, le président sortant n'aura sorti les crocs que deux fois en cinq ans de mandat : dans l'affaire Clearstream, où il s'était porté partie civile avant même d'être élu, et désormais, contre le site Médiapart, à quelques jours seulement du deuxième tour des élections présidentielles.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.