GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Aujourd'hui
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Affaire Karachi : Ziad Takieddine de nouveau entendu par la justice

    media L'homme d'affaires franco-libanais Ziad Takieddine à son arrivée au pôle financier du tribunal de Paris, le 5 octobre 2011. REUTERS/Gonzalo Fuentes

    Le volet financier du dossier de l'attentat de Karachi, instruit par le juge Renaud Van Ruymbeke sur fond de soupçons de financement illicite de la campagne présidentielle d'Edouard Balladur en 1995, progresse. Ziad Takieddine, sulfureux intermédiaire à l'occasion de la vente des sous-marins au Pakistan, est de nouveau entendu par la justice ce mercredi
    9 mai 2012.
     

    Ziad Takieddine serait-il au coeur d'un possible réseau de corruption dans l'affaire du « Karachi gate » ? Une hypothèse de plus en plus vraisemblable pour les juges d'instruction financiers. Roger Le Loire et Renaud Van Ruymbeke enquêtent sur un éventuel détournement des commissions liées aux contrats d'armement au profit de la campagne présidentielle d'Edouard Balladur.

    Le 24 avril dernier, le juge Van Ruymbeke a interrogé Ziad Takieddine sur des mouvements bancaires suspects, notamment en Suisse. Le juge soupçonne que les virements bancaires sur le compte de l'homme d'affaires Abdul Rahman El Assir, un proche de Ziad Takieddine, ont donné lieu à des retraits d'importantes sommes d'argent en liquide en 1994 et 1995.

    Ziad Takieddine dit n'avoir jamais bénéficié de cet argent. Pourtant selon l'enquête, six de ces retraits coïncident avec sa présence à Genève. Il a même été intercepté à la frontière franco-suisse en possession de 500 000 francs en liquide. Un hasard malheureux, plaide-t-il pour sa défense.

    Reste à savoir qui était le véritable bénéficiaire de ces fonds. Peut-être Nicolas Bazire, le directeur de campagne d'Edouard Balladur, comme le suggère l'ancien trésorier de la campagne. Autant de questions qui, aujourd'hui, vont être posées à Ziad Takieddine, déjà mis en examen dans ce dossier pour recel d'abus de biens sociaux, faux témoignage et blanchiment aggravé.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.