GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 21 Juin
Samedi 22 Juin
Dimanche 23 Juin
Lundi 24 Juin
Aujourd'hui
Mercredi 26 Juin
Jeudi 27 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    En France, les prévisions de croissance laissent une étroite marge de manœuvre au nouveau président

    media François Hollande va-t-il revoir à la baisse son programmme? AFP/Kenzo Tribouillard

    Des inquiétudes règnent sur l'économie française après la publication des dernières prévisions de croissance de la Commission européenne. Bruxelles estime que la croissance du PIB français ne sera que de 1,4% en 2013 avec comme conséquence un dérapage des déficits publics plus important que prévu et une marge de manœuvre encore plus étroite pour le nouveau président français François Hollande.

    Une croissance plus faible que prévu, des déficits plus importants qu'annoncé : quelques jours seulement après la victoire de François Hollande, les prévisions de la Commission européenne sonnent comme un rappel aux réalités pour le nouveau président français.

    Durant la campagne électorale, le candidat socialiste s'était engagé à réduire à 3% le déficit budgétaire de la France, dès l'année prochaine. Pour ce faire, François Hollande tablait sur une croissance de 1,7% du PIB. Or, selon les chiffres dévoilés ce vendredi 11 mai par Bruxelles, il faudra s'attendre à une croissance de seulement 1,4% et donc à un déficit bien supérieur.

    Pour combler cet écart, il faudra réaliser au moins 20 milliards d'euros d'économies supplémentaires. Comment y parvenir sans renoncer à l'objectif de relance affiché par le nouveau président ? « Nous prendrons les mesures nécessaires », s'est contenté d'affirmer Michel Sapin, possible ministre de l'Economie du futur gouvernement.
    Seul élément rassurant pour l'équipe socialiste : les prévisions de croissance pour 2012 sont inchangées. Si des mesures d'austérité doivent être prises, le futur gouvernement aura donc quelques mois devant lui pour les préparer.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.