GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le médecin de Donald Trump écarte toute «spéculation» sur une douleur à la poitrine
    • Hong Kong: les manifestants cernés dans le campus doivent se rendre (cheffe de l'exécutif)
    • La Chine dit être la seule à pouvoir statuer sur la Constitution de Hong Kong (porte-parole du Parlement)
    France

    «Cogan, la mort en douce» au service de Brad Pitt

    media Brad Pitt (Jackie Cogan) dans "Cogan, la mort en douce" du réalisateur australien Andrew Dominik. Festival de Cannes 2012

    Une Amérique obsédée par l’argent et le sexe fait son entrée dans la compétition pour la Palme d’or. Dans son troisième film, le réalisateur australien Andrew Dominik nous raconte une vision de l’Amérique sans concession. Cogan, la mort en douce, un drame policier sans surprise et sans questions à se poser… mais avec Brad Pitt. Un film au service d’un seul homme qui signe d’ailleurs en tant que coproducteur.

    Jackie Cogan (Brad Pitt) entre en scène au volant d’une voiture, avec des lunettes de soleil, accompagné d’un trait mystérieux et de la chanson de Johnny Cash qui annonce l’ange de la mort : The Man Comes Around. A la radio on assiste au duel Barack Obama contre George W. Bush, en pleine crise économique. Ils parlent de la sécurité financière et du système financier qui a besoin de confiance.

    Jackie est un mec attirant, doté d’un sang-froid impressionnant, d’un regard glacé et du cynisme qui va avec. Sensible avec soi-même, il préfère tuer les gens d’une manière « délicate », la mort en douce. Au moment où il reçoit sa commande pour le prochain meurtre, Barack Obama promet à la télé « Nous sommes tournés vers l’avenir, pour faire briller la responsabilité. »

    La petite et la grande histoire

    Le réalisateur américain a de l’ambition. Il ne rate aucune occasion pour intégrer la petite histoire dans la grande. Les scènes dans les voitures et les bars sont truffées des discours en voix off d’Obama et Bush. A l’occasion de la présidentielle en 2008, Obama déclare qu’on peut « faire de nos vies ce que nous voulons ».

    Jackie doit trouver les coupables qui ont braqué un tripot. Depuis, toutes les parties de poker illégales ont été arrêtées, par précaution. « Ce qui est important ce n’est pas ce que tu as fait, mais ce que les autres pensent que tu as fait », explique Jackie. Pour lui, il vaut mieux tuer un suspect innocent pour reprendre au plus vite les affaires que de se lancer dans une longue et coûteuse recherche du véritable coupable. Bien sûr, à la radio, au même moment, on discute de la question de la guerre précipitée contre l’Irak…

    Le sexe, l'argent et le pouvoir

    Andrew Dominik montre une vision sans concession d’une Amérique bouleversée par la crise économique. L’histoire se déroule dans l’Etat de La Nouvelle-Orléans avec ses panneaux de saisies immobilières et des gens fauchés prêts à tout. Et bien sûr, les plus méchants sont les plus susceptibles, pleurant sur leur sort.
     

    Andrew Dominik, le réalisateur australien de "Cogan, la mort en douce". Metropolitan FilmExport

    L’histoire a tous les ingrédients d’un bon polar, mais n’arrive pas à se dépasser. Pendant une heure et demie, et sans provoquer un effet notable, le réalisateur bute toujours sur les mêmes écueils : le sexe, l’argent et le pouvoir, raconté d’une manière plate et banale. Tout le film, on pourrait le résumer avec la phrase de la fin : « L’Amérique n’est pas un pays, c’est une entreprise ». En l’occurrence un film où l’on passe par tous les plans standards du polar policier : Les feux arrières d’une voiture qui se perd dans la nuit. La cigarette qui enfume la pensée. Le toxicomane qui se pique. La victime tabassée qui s’écroule dans une flaque de sang. Le traître qui est tué à son tour. Le tout emballé dans un discours de Barack Obama qui déclare à la télé : « La vraie puissance de notre pays, ce ne sont pas des armes et de l’argent». 

    La crise affecte aussi le milieu des voyous, avec la baisse de prix pour les tueurs à gages, obligés de voyager en classe économique. Au même moment, Obama loue l’esprit d’entreprise de l’Amérique et promet de protéger l’économie américaine. Tout ça n’est pas très crédible, même si Andrew Dominik s’est inspiré d’un roman : L’art et la manière, de George V. Higgins.

    L'Amérique restera toujours l'Amérique

    Mais le film est comme une très belle bagnole qui ne démarre pas. Même la scène en mode super ralenti -où la balle sort du flingue comme une mouche qui cherche la merde avant de traverser la tête - n’atteint pas sa cible. Le tueur tire, la tête éclate, mais à l’écran on se perd dans des images floues et ringardes qui illustrent une histoire déjà mille fois racontée. La chanson Money (That’s What I Want) nous rassure que l’Amérique restera toujours l’Amérique. Néanmoins, « niquer les autres » et « baiser les putes », pour reprendre le jargon employé dans le polar, est un scénario un peu basique, mais – pour rester dans la logique du film – probablement suffisant pour faire du fric.

    Si vous voulez voir Brad Pitt, courez-y ! C’est une prestation sans faute. Si vous voulez regarder un très bon film, allez voir ailleurs !

    NOTRE DOSSIER SPECIAL

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.