GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 23 Septembre
Mardi 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    La déception «Cosmopolis» de David Cronenberg

    media Juliette Binoche dans «Cosmopolis» de David Cronenberg. Festival de Cannes 2012

    Cosmopolis de David Cronenberg était très attendu sur la Croisette. Mais le nouveau film du réalisateur canadien, en lice pour la Palme d’or, est une grande déception. On est loin de A History of Violence (2005). La grande fresque annoncée, qui nous éclairerait sur le terrible monde rongé par la finance, se termine en petit tableau de scènes convenues. Les rues de New York restent aussi abstraites que le déploiement de l’histoire.

    La projection de Cosmopolis à Cannes tournait en une sorte d’humiliation en direct pour David Cronenberg. On ne parle pas de la scène de sexe pâle à l’arrière de la voiture. Une prestation presque gratuite d’une Juliette Binoche, assise sur le boss, qui est à mille lieux du lâcher prise de Nicole Kidman dans The Paperboy. On ne parle pas non plus des balles tirées qui traversent une tête et une main, mais pas notre esprit.

    La confrontation qui tue se trouve tout au début. Le film s’ouvre sur exactement la même extra-longue limousine blanche qui sert comme bureau qu’on avait déjà vu deux jours auparavant chez Leos Carax dans Holy Motors. Et Cronenberg met à son héros la même question dans la bouche : « Mais où se garent toutes ces limousines pendant la nuit ? » Là aussi, Carax avait déjà donné une réponse cent fois plus créative et originale. Troisième coïncidence : on assiste chaque fois à 24 heures dans la vie d’un héros. Une vie qui se passe dans les deux films où les scènes se déroulent essentiellement dans la voiture. Différence notable : chez Carax, les changements proviennent de l’intérieur de la voiture, chez Cronenberg, ils sont provoqués par l’extérieur. Carax créé un univers, Cronenberg subit le monde qu’on vit. Cosmopolis s'avère ringard et dépassé, Holy Motors glorifié.

    Son épouse éphémère, une écrivaine issue d’une famille ultra riche, donne la meilleure définition du personnage principal, Eric Michael Packer (Robert Pattinson), l’un des golden boys de Wall Street : « Ton travail est de changer l’information en quelque chose de terrible. »

    « Un spectre hante le monde »
     

    David Cronenberg, réalisateur canadien. Festival de Cannes 2012

    L’action du film est encadrée par deux séquences : au début, des manifestants crient le manifeste du Parti communiste : « Un spectre hante le monde ». La séquence finale montre un tableau abstrait de Mark Rothko : rouge, noir, bleu. Entre la peinture et la manif, il y a une énumération de personnages (le médecin, le garde du corps, l’amante, l’experte en théorie…) et de lieux communs sur le monde actuel : la catastrophe qui s’approche, la maladie qui transforme, le président qui sera assassiné, la finance qui gouverne et chute après, les rats qui conquièrent le monde, le trader qui vit dans sa bulle et « baise » à chaque coin de rue. Le sexe comme l’antidote d’une vie pourrie. Seule exception remarquable : quand l’entarteur André Petrescu (Mathieu Amalric, formidable) colle à Packer une tarte à la crème et un long discours politique inouï.

    Le trader parle de sa maison avec deux ascenseurs (il écoute Erik Satie dans l’un, le rappeur soufi Brutha Fez dans l’autre) et de la chapelle avec 14 tableaux du peintre Mark Rothko qu’il veut absolument acheter, à n’importe quel prix. Hélas, le directeur du FMI est assassiné en direct à la télé pendant qu’il parlait du yen surévalué et de l’instabilité de la devise. La Bourse s’écroule, le trader a tout perdu, mais se sent bien comme jamais. Fini l’époque où un mystérieux « centre » et des yoctosecondes, ces quadrillionièmes de seconde, dominaient sa vie. Aujourd’hui, il n’a qu’une seule obsession dans la tête : traverser New York, paralysée par la visite du président des Etats-Unis, pour aller chez le coiffeur.

    Le film multiplie les séquences et grouille de citations et dialogues très pertinents, empruntés du roman éponyme de l'Américain Don DeLillo : « On s’élève sur un mot et on chute sur une syllabe », « Fallait écouter ta prostate asymétrique », « La vie est trop contemporaine », mais l’enchaînement de bons mots sur une mise en scène froide et lisse ne produit ni d’effet ni de sens.

    NOTRE DOSSIER SPECIAL

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.