GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 29 Avril
Samedi 30 Avril
Dimanche 1 Mai
Lundi 2 Mai
Aujourd'hui
Mercredi 4 Mai
Jeudi 5 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Le président français a également dit «non», «à ce stade» des négociations, au traité transatlantique négocié par l'UE avec les Etats-Unis. «A ce stade, la France dit 'non' dans l'étape que nous connaissons des négociations commerciales internationales», a déclaré François Hollande.
    Le président français participe au colloque «La gauche et le pouvoir» organisé au Théâtre du Rond-Point (VIIIe) par la Fondation Jean-Jaurès et Terra Nova.

    France

    Mohammed VI, premier chef d'Etat étranger reçu à l'Elysée

    media

    Le premier chef d'Etat africain à rencontrer François Hollande au palais présidentiel est un monarque. Le nouveau président français a accordé jeudi 24 mai un entretien de 40 minutes au roi Mohammed VI qui était en voyage privé en France. L'Elysée a affirmé dans un bref communiqué l'attachement de François Hollande à l'amitié entre la France et le Maroc et souligné les liens exceptionnels qui la caractérise. Parmi les dossiers probablement évoqués, celui sans doute du Sahara occidental, pomme de discorde entre le Maroc et l'Algérie.

    Il aurait été inconvenant de refuser un entretien au roi du Maroc s’il était en voyage privé à Paris. Mohammed VI a sans doute voulu bousculer le calendrier du nouveau président car le souverain est en difficulté sur le dossier du Sahara occidental. L'ONU appuie le principe d'un référendum sur l'auto-détermination du territoire. Cela convient à Alger mais pas à Rabat qui a retiré sa confiance à Christopher Ross, l'émissaire de Ban Ki-moon.

    En mars 2012, la première secrétaire du PS Martine Aubry avait assuré à Mohammed VI que François Hollande soutenait son plan d'autonomie pour la région contestée. Sans doute le roi a t-il voulu l'entendre de la bouche du nouveau président français. Il a aussi peut-être choisi de prendre les devants car durant la campagne électorale, il n'avait pas sa préférence pour Nicolas Sarkozy, à qui il offre l'hospitalité dans son palais de Marrakech.

    Les experts de la région n'anticipent pas de rupture dans les relations entre la France et le Maroc, où la plupart des entreprises du CAC 40 sont présentes. Elles profitent de marchés lucratifs même si elles doivent souvent composer avec les exigences des filiales de la holding royale. De son côté, François Hollande peut désormais envisager de se rendre en Algérie, lors des célébrations de l'indépendance en juillet par exemple,  sans froisser le Maroc, très susceptible sur les questions de protocole.

    A Rabat, on redoutait la proximité supposée de François Hollande avec l'Algérie.
    Pierre Vermeren Professeur à l'université Paris I, en charge du Maghreb contemporain. 11/10/2013 - par Nicolas Champeaux Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.